BFMTV

Arcadian revient avec Marche ou rêve, un deuxième album plus intime et plus folk

Jérôme, Florentin et Yoann, les trois musiciens d'Arcadian

Jérôme, Florentin et Yoann, les trois musiciens d'Arcadian - Mercury

Révélés par The Voice il y a trois ans, les trois garçons d'Arcadian dévoilent ce vendredi leur deuxième album. Ils se confient à BFMTV sur ce nouveau disque aux sonorités plus folk, dans lequel ils racontent des expériences personnelles.

Deux ans après un premier opus éponyme écoulé à plus de 80.000 exemplaires, les trois garçons d'Arcadian réinvestissent les rayons des disquaires ce vendredi avec Marche ou rêve (Mercury). Un deuxième album lumineux composé de 12 titres plus personnels, aux orchestrations plus acoustiques, portés par les singles Bonjour merci et Petit à petit. On y devine les influences de groupes pop-rock anglophone, de Fun à Bastille en passant par Mumford & Sons. 

Le volubile Yoann, le mesuré Florentin et Jérôme, le taiseux, ont fait du chemin depuis la saison 5 de The Voice (coachés par Mika, il s'étaient inclinés en demi-finale, une semaine avant la victoire de Slimane). Ils reviennent pour BFMTV.com sur les huit mois de création de ce nouveau disque, leur année de tournée et son impact sur leur travail, ainsi que leur envie de mieux se raconter. 

Quels sont les nouveaux enjeux, lorsqu'on s'apprête à sortir son deuxième album? 

Florentin: Le premier a été rapide (trois mois de création, ndlr). Pour le deuxième on a voulu prendre un peu plus de temps, pour pouvoir aller encore plus loin dans qui on est, que ça nous ressemble encore plus. On a voulu laisser un peu plus de liberté à chacun pour s’exprimer, parce que quand on est dans un trio c’est toujours compliqué de se mettre d’accord sur un thème. On s’est permis d’avoir des couplets dans lesquels on parle plus d’expériences de Yoann, de Jérôme, de moi-même. Yoann: Ça a été beaucoup plus dur à encaisser. On y a mis beaucoup plus de temps, beaucoup plus de réflexion. Certains textes sont passés par 10 versions différentes. Mais si demain ça doit s’arrêter, on aura fait un album qui nous ressemble et qu’on aime.

Vous avez mis beaucoup d'expériences personnelles dans Marche ou rêve...

Florentin: Plus que dans le premier album. On y a mis des choses de notre passé individuel avant qu'on se rencontre, puis ce qu'on a vécu ensemble pendant un an demi de tournée.
Yoann: On a vécu des choses avec beaucoup d'émotion. On a énormément ri et on a aussi vécu des choses tragiques; on a perdu Mathilde, notre chef de projet (victime d'un accident de la route en mai 2018. La chanson Pas d'adieu lui est dédiée, ndlr). On lui parlait plus qu'à nos parents ou nos amis. On est passés par tous ces états. On s'est demandé ce qu'on allait raconter dans ce deuxième album, puis on s'est rendu compte qu'on n'avait pas besoin d'aller chercher des histoires ailleurs quand tout est là. 

Pourquoi avoir réalisé votre premier disque si rapidement? 

Yoann: on sortait de The Voice et on sentait qu'à ce moment-là on avait un public. On s'est tout simplement dit qu'il fallait sortir un album rapidement parce que c’était le moment, qu'il n’y aurait pas 12.000 chances d’avoir une tribune qui nous écoute. Alors on s’est investis durement, nuit et jour pour le faire et il nous a portés jusqu’ici.
Florentin: En plus de ça, avant The Voice on avait quelques compositions qui étaient déjà écrites, donc ça nous a aussi un peu aidé. Le deuxième album, on l’a créé de toute pièce.

Vous avez chacun votre instrument mais vous vous partagez la voix. Il n'y a pas de leader, dans Arcadian? 

Yoann: On aime tous chanter. Il y avait cette envie d'être devant une scène, je pense que tous les trois on a ça en nous. Le fait qu'on a chacun un instrument différent nous permet d'avoir chacun son rôle sans empiéter sur l'autre. Non, il n'y a pas de leader, c'est vraiment la règle d'or pour nous.  Florentin: On a chacun notre catégorie de prédilection. Sur scène, pour tout ce qui va être parler au public, Yoann a une aisance que nous n'avons pas. Pour la télé ça va plutôt être moi, et ensuite au niveau de la technique musicale et des harmonies on fait totalement confiance à Jérôme. 

La tournée, entre les deux albums, a-t-elle eu un impact sur le processus créatif? 

Yoann: Ça a changé plein de choses pour nous. On s’est retrouvés face à notre public, que jusque là nous ne voyions que de loin sur les réseaux sociaux. À chaque fois, on a été surpris par l’énergie qu’il y avait entre eux et nous. Alors en créant cet album-là on s’est dit qu'on voulait arriver sur scène et que ça tabasse, que ce soit vraiment cool.

D'où un retour à des sonorités moins synthétiques que le premier album? 

Yoann: Complètement. On avait envie que ça sonne "groupe", de plus en plus. C’était déjà un peu le cas avant, mais il y avait beaucoup de sons électroniques qui pouvaient fausser un peu la piste. Dans Marche ou rêve, on revient à l’essentiel. On a rajouté beaucoup de cordes, on a rajouté des instruments très organiques (...) on a vraiment laissé parler le grain, on a essayé de mettre le moins d’effets possibles sur les voix et sur les instruments, pour que la personne qui écoute l’album se sente vraiment proche de nous, comme si on jouait devant elle.
Florentin: Musicalement, on a vraiment essayé de retrouver l’ambiance live qu’on affectionne énormément. C'est vraiment ce qui nous fait vibrer, le live avant tout (...). Si jamais c’est notre dernier album on aura vraiment fait ce qu’on aime et c’est pour ça qu’on s’est éclatés, on a fait plein de styles différents.

La peur du dernier album, c'est une crainte que vous avez? 

À l'unisson: Ouais.  Yoann: Honnêtement, on flippe, parce qu'on se dit qu'on a pris un peu de temps. Je crois qu'on n'est jamais serein quand on est artiste.  Florentin: Et puis aujourd'hui, il y a cent artistes qui arrivent par jour. Ça fait beaucoup de monde.  Yoann: Ce n'est pas négatif pour autant. On se rassure beaucoup avec ça, on essaye de se dire 'Allez, on kiffe chaque interview, chaque concert, parce qu'on ne sait pas ce qui peut arriver'.

Marche ou rêve est disponible ce vendredi chez Mercury. Arcadian est actuellement en tournée dans toute la France. Ils se produiront le 22 janvier prochain à La Cigale, à Paris. 

Propos recueillis par Benjamin Pierret