BFMTV

Morandini: VSD révèle les détails du rapport de l'enquête pour "corruption de mineurs aggravée"

Jean-Marc Morandini, lors d'une conférence de presse après les révélations des "Inrocks", le 19 juillet 2016

Jean-Marc Morandini, lors d'une conférence de presse après les révélations des "Inrocks", le 19 juillet 2016 - Geoffroy Van Der Hasselt - AFP

Dans sa dernière édition, le magazine VSD dévoile le rapport de l'enquête pour "corruption de mineurs aggravée" visant l'animateur et journaliste d'iTELE, Jean-Marc Morandini.

Si l'enquête sur Jean-Marc Morandini pour "harcèlement sexuel" après l'affaire des castings de la websérie Les Faucons a finalement été classée sans suite, l'animateur reste toujours sous le coup d'une autre enquête, pour "corruption de mineurs aggravée". Le magazine VSD dévoile cette semaine de nombreux détails sur cette enquête autour de l'animateur, qui avait été placé sous contrôle judiciaire en septembre dernier avec interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec des mineurs.

Ce sont les révélations de deux adolescents qui ont conduit à l'enquête visant toujours aujourd'hui la nouvelle recrue d'iTELE. Le magazine publie notamment le témoignage d'un lycéen, Steven (le nom a été modifié, NDLR). Les faits remontent à 2013. Le jeune garçon, âgé de 15 ans, rencontre l'animateur alors qu'il assiste à l'émission Vous êtes en direct sur NRJ12 avec sa mère. Ensemble, ils prennent une photo que Steven poste immédiatement sur Twitter. "Quelques jours après, il m’a 'follow' sur Twitter ce qui a permis dès lors qu’on puisse échanger en privé", raconte le jeune homme aux policiers, selon le rapport consulté par nos confères.

Des propositions "sous forme de plaisanteries" ?

Lors de sa garde à vue, le 21 septembre 2016, Jean-Marc Morandini se défend d'avoir entretenu une correspondance plutôt crue avec le lycéen. "Je me disais qu’il devait avoir 18 ans. Dès que j’ai su son âge, j’ai arrêté", se défend l'animateur. Seulement, la brigade de protection des mineurs doute de cette version. "Steven niait que Jean-Marc Morandini avait pu ignorer son âge alors qu’il était toujours accompagné de ses parents lors des rencontres, que son profil social sur Twitter indiquait son âge (15 ans) et il racontait que Jean-Marc Morandini s’était ému du fait que sa mère eût pu découvrir les messages", est-il expliqué dans le rapport.

Si le journaliste assure n'avoir fait aucune proposition sexuelle à Steven "ou alors sous forme de plaisanterie", la police a retrouvé certains messages mettant à mal cette version. Le 10 mars 2013, Jean-Marc Morandini aurait ainsi écrit au jeune homme: "Tu as fait quoi pendant une heure, tu t'es bra***?". Alors que Steven lui aurait répondu que sa mère lui faisait réciter son cours d'histoire, l'animateur aurait rétorqué: "Pour te donner du courage, pense à ma...".

Un second témoignage

C'est le père de Steven, après avoir découvert les messages échangés entre son fils et l'animateur, qui a prévenu la police en mars 2016. Mais celui-ci aurait renoncé à porte plainte pour protéger son fils, perturbé par les événements.

Concernant le second témoignage le mettant en cause, Jean-Marc Morandini assure ne se souvenir de rien. Un Rennais appelé Julien (le prénom a été modifié, NDLR) racontait avoir passé un casting il y a sept ans pour un projet de remake de Ken Park. Contacté par la société de production du journaliste, le jeune homme, âgé de 16 ans, aurait alors passé un casting avec l'animateur dans son appartement du 16ème arrondissement de Paris. Ce dernier lui aurait notamment demandé de se masturber avant de tenir des propos humiliants sur son anatomie.

Fabien Morin