BFMTV

Michael Jackson: les révélations de ses anciennes femmes de ménage

Michael Jackson, 5 ans après sa mort, est de nouveau au coeur d'une polémique.

Michael Jackson, 5 ans après sa mort, est de nouveau au coeur d'une polémique. - -

Plus de cinq ans après sa mort, l'homme au milliard de disques vendus à travers le monde, fait de nouveau l'objet d'accusations plus sordides les unes que les autres. Alors que deux personnes estiment avoir été victimes d'abus sexuels durant leur minorité, ses anciennes employées de maison parlent.

Une hygiène déplorable, une tendance à uriner à même le sol, une passion pour une couche-culotte sale et une haine viscérale pour Steven Spielberg. Cinq ans après la mort de Michael Jackson, cinq de ses anciennes femmes de ménage se sont confiées, ce dimanche, au New York Post, un tabloïd américain. Au fil de leurs anecdotes, le portrait qu’elles dressent du "Roi de la pop" et de Neverland est plus que déconcertant. Des dires à appréhender avec une extrême précaution, mais qui pourraient prochainement être entendus par la justice américaine. Explications.

> Des révélations, mais pourquoi maintenant?

Les langues se délient, en ce début du mois d’août, autour de la star défunte. Wade Robson, 31 ans, et James Safechuck, 36, ont accusé simultanément le chanteur d’abus sexuels. Le premier, danseur chorégraphe de renom en Australie, avait participé dans sa jeunesse à trois clips de Michael Jackson. Après avoir défendu la pop-star en 2005 lors de son procès l’accusant d’attouchement sexuel sur mineur, l’Australien s’est ravisé l’an passé, en accusant à son tour la pop star.

Des accusations réitérées il y a une semaine. Et qui ont trouvé un écho. James Safechuck a également demandé à poursuivre "Bambi". Après avoir tourné une publicité avec le chanteur losqu’il avait 10 ans, il aurait été violé "plus d’une centaine de fois" avant sa puberté.

A ce titre, plusieurs anciennes employées de Michael Jackson pourraient être entendues par le juge de la Cour Suprême de Los Angeles, Mitchell Beckloff, qui auditionnera Wade Robson le 6 octobre prochain. Certaines d’entre-elles, approchées par le New York Post, ont alors accepté de témoigner, anonymement.

> Dans l'intimité de Neverland

Bientôt mis en vente, Neverland, l'ancien ranch de la pop star qui accueille notamment un parc d’attraction, perd rapidement son côté féérique quand il est décrit par celles qui étaient chargées de son entretien. "Parfois, Michael courrait autour des animaux, et laissait des traces d'excréments partout dans la maison sans s’en préoccuper", témoigne l’une d’elles. "Et, si on osait dire quelque chose, il nous menaçait de faire des 'boules de neige' avec et de nous les lancer dessus."

Quelques heures après une interview avec Oprah Winfrey, réalisée en 1993 depuis le ranch californien - une émission durant laquelle Michael Jackson s'était expliqué sur les premières accusations d'abus sexuels à son encontre - le chanteur se serait soulagé au plein milieu de l’entrée. "Il a littéralement pissé sur le sol", raconte une autre ancienne employée. "Il se tenait debout, a ouvert son pantalon, et il a mouillé le sol."

"Toute sa vie a changé après 1993 quand il a dû payer ce garçon", explique à son tour un troisième témoin, en faisant référence à la première enquête pour abus sexuel sur mineur qui s’était soldée par un non-lieu en échange de 20 millions de dollars. Un choc pour "MJ", qui serait devenu, à partir ce moment, "la personne la plus sale et la moins saine d’Hollywood", d’après l’ancienne femme de ménage. "Il était bordélique, c’était un toxicomane dépravé et un tordu."

> Il refusait qu'on change son lit

Les confessions ne s’arrêtent pas là. Michael Jackson s’opposait à ce qu’on change ses draps. "A plusieurs reprises je devais me faufiler dans sa chambre pour changer sa couette", explique l’une de ces anciennes servantes. "Je n’ai jamais compris comment il pouvait dormir dans une telle saleté. Il y avait des chaussettes et sous-vêtements dans le lit, avec des chips, des poulets à moitié mangés, des bouteilles de vin et whisky vides sur le sol", ajoute-t-elle. "Il se pissait dessus, la pièce puait."

> Une haine prononcée pour Steven Spielberg

Le tabloïd new-yorkais précise également que l’homme au milliard de disques vendus à travers le monde, possédait une cible à fléchettes sur laquelle se trouvait la photo des créateurs des studios Dreamworks, parmi lesquels figurait Steven Spielberg. "Chaque enfant avec qui il jouait et qui touchait le mille obtenait encore plus de crème glacée ou n’importe quoi d’autres", rapporte l’une de ses anciennes femme de chambre.

"Il détestait tous ces gens avec passion, il était étonnamment très antisémite et faisant chanter aux enfants ‘tuez ces enculés' et 'tuez ces suceurs de sangs'." Concernant le réalisateur d’ET, Michael Jackson aurait souhaité le voir brûler dans "l’enfer juif".

> Au sujet de sa famille: "ils ne méritent pas de porter mon nom"

Une dernière femme de ménage, qui a travaillé chez la mère de la pop-star avant de s’occuper de l’appartement du fils à Los Angeles, raconte qu’il missionnait régulièrement des gens pour qu’ils achètent tous les magazines contenant des photos de sa famille.

"Quand ils ramenaient les journaux, il s’amusait à déchirer en confettis les photos de ses frères et sœurs, et même de ses parents, avant de les jeter partout", déclare-t-elle. "Ils ne méritent pas mon nom, ce ne sont que des lâches profiteurs. Ils devraient être en train de nettoyer mes chaussures."

Jérémy Maccaud