BFMTV

Les regrets de Courteney Cox sur ses interventions esthétiques: "Je suis horrible"

Courtney Cox dans Running Wild With Bear Grylls

Courtney Cox dans Running Wild With Bear Grylls - Capture d'écran YouTube

L'ex star de Friends âgée de 52 ans, a confié regretter avoir eu recours à la chirurgie esthétique pour effacer des signes de vieillesse.

Le bistouri n’a pas que du bon, parole de star. Alors qu’elle participait à l’émission Running Wild With Bear Grylls, Courteney Cox, 52 ans, est revenue sur certaines erreurs faites par le passé.

Paniquée à l’idée de vieillir, l’ex comédienne de Friends a avoué avoir cédé à la pression de la jeunesse éternelle qui sévit à Hollywood. "J'essayais de combattre ça et de courir après la jeunesse. La vieillesse n'est pas quelque chose que l'on peut fuir. Il faut se détendre et ne pas essayer éperdument... Tu essaies tellement... Puis un jour tu te vois sur une photo et tu te dis: 'Mon dieu, je suis horrible'. J'ai subi des interventions que je regrette, mais heureusement, c'était des interventions qui étaient temporaires, qui finissent par disparaître. C'est une bonne chose parce que ça ne m'a pas toujours réussi", a estimé celle qui a fait son retour sur le petit écran en 2009 avec Cougar Town.

"J'ai une nouvelle devise: laisse les choses se faire"

"Maintenant j'ai une nouvelle devise: laisse les choses se faire, a-telle expliqué. Voir ma fille grandir, avancer dans la vie. Elle vient d'avoir 12 ans et je me vois tellement en elle. Je suis contente d'avoir vécu ce que j'ai vécu pour l'aider à traverser les épreuves".

L’actrice a également profité de son passage dans l’émission pour évoquer le succès planétaire de la série Friends. Bien que la série lui ait apporté la célébrité, Courteney Cox a confié avoir connu, à l’instar de son camarade de jeux David Schwimmer, des années difficiles.

"Je savais que la série serait spéciale mais à ce point, wow. Je me sens chanceuse, même si les gens peuvent parfois être vraiment méchants. Maintenant il y a les réseaux sociaux en plus. Et si je veux vraiment me sentir mal, il suffit que j'aille lire les commentaires sur les articles de publication comme le Daily Mail", a-t-elle conclu.

R.I