BFMTV

"La Javanaise", "Déshabillez-moi"... réécoutez les chansons cultes de Juliette Gréco

Juliette Greco sur scène lors de l'ouverture de la 39e édition du Printemps de Bourges le 24 avril 2015 à Bourges

Juliette Greco sur scène lors de l'ouverture de la 39e édition du Printemps de Bourges le 24 avril 2015 à Bourges - GUILLAUME SOUVANT © 2019 AFP

Icône de la chanson française, Juliette Gréco a survécu au temps et aux modes. Voici ses titres les plus célèbres.

L'icône de la chanson française Juliette Gréco est morte ce mercredi à l'âge de 93 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

Interprète de tubes comme La Javanaise, Déshabillez-moi ou encore Les feuilles mortes, Gréco a survécu au temps et aux modes. Et a continué à influencer des artistes plus jeunes, d'Olivia Ruiz à Benjamin Biolay en passant par Abd Al Malik, Miossec et Etienne Daho.

Egalement interprète de Jolie Môme, J'arrive et Un petit poisson, un petit oiseau, Juliette Gréco disait des chansons: "C'est grave une chanson. Ca va dans les oreilles de tout le monde. Ca se promène dans la rue. Ca traverse la mer. Ca accompagne votre vie." Voici ses titres les plus célèbres.

Les Feuilles mortes (1951), paroles de Jacques Prévert, musique de Joseph Kosma.

Sous le ciel de Paris (1951), paroles de Jean Dréjac, musique d'Hubert Giraud.

Je hais les dimanches (1951), paroles de Charles Aznavour et musique de Florence Véran.

Il n'y a plus d'après (1960), paroles et musique de Guy Béart.

Jolie Môme (1961), paroles et musique de Léo Ferré.

La Javanaise (1963), paroles et musique de Serge Gainsbourg.

Un petit poisson, un petit oiseau (1966), paroles de Jean-Max Rivière et musique de Gérard Bourgeois.

Déshabillez-moi (1967), paroles de Robert Nyel et musique de Gaby Verlor.

J'arrive (1971), paroles de Jacques Brel et musique de Gérard Jounannest.

Juliette Gréco est morte ce mercredi 23 septembre 2020 "entourée des siens dans sa tant aimée maison de Ramatuelle. Sa vie fut hors du commun", a indiqué la famille dans un texte transmis à l'AFP. "Elle faisait encore rayonner la chanson française à 89 ans", a-t-elle ajouté. Jusqu'à l'AVC qui l'avait frappée en 2016, année où elle avait également perdu sa fille unique Laurence-Marie.

"Cela me manque terriblement. Ma raison de vivre, c'est chanter! Chanter, c'est la totale, il y a le corps, l'instinct, la tête", déclarait la chanteuse encore tout récemment lors d'un entretien publié en juillet dans l'hebdomadaire Télérama.

"C'est une très grande dame qui s'en va", a réagi auprès de l'AFP Alexandre Baud, producteur de sa dernière tournée. "Juliette était fatiguée depuis quelques temps mais elle avait conservé son esprit extrêmement vif comme en témoigne sa débridée interview avec Télérama".

J.L. avec AFP