BFMTV

L'actrice Karidja Touré accuse un restaurant parisien de "délit de faciès"

Karidja Touré en septembre 2018

Karidja Touré en septembre 2018 - Charly Triballeau - AFP

La comédienne de 25 ans assure avoir été victime de discrimination à l'entrée du Café de l'Homme, restaurant du 16e arrondissement de la capitale. L'établissement s'en défend.

L'actrice Karidja Touré estime avoir été victime de "discrimination" à l'entrée du Café de l'homme, restaurant chic du 16e arrondissement de Paris. La star de Bande de filles, de Céline Sciamma, a publié lundi une story Instagram dans laquelle elle accuse l'établissement de "délit de faciès". 

"Accompagnée de deux amies, nous nous sommes vues refuser l'entrée au restaurant par le directeur de la salle (...) qui nous a clairement fait comprendre qu'on pouvait aller voir ailleurs, en citant d'autres noms d'établissement aux alentours", raconte-t-elle sur le réseau social. "Il nous a humiliées et nous a clairement manqué de respect."
La story Instagram de Karidja Touré
La story Instagram de Karidja Touré © Capture d'écran Instagram - @karidjatoure

Entrée refusée

L'actrice de 25 ans a raconté le déroulement des événements à LCI: "Dans l’après-midi, l’une de mes copines qui s'appelle Nicole avait fait une réservation pour 23h30", explique-t-elle. Plus tard, cette amie a précisé au restaurant qu'elles seraient un peu en retard: "L’hôtesse a répondu que dans ce cas-là, nous n’avions pas besoin de réservation."

Les trois femmes (l'actrice précise que l'une de ses amies est noire et l'autre, d'origine équatorienne, "souvent prise pour une arabe") se présentent et le physionomiste leur refuse l'entrée de l'établissement tout en laissant passer un homme "qui rejoint des amis". Elles demandent à voir le responsable et demandent au physionomiste pourquoi l'entrée leur est refusée: "Il répond qu'il n'a pas de raison". Quelques instants plus tard "deux femmes blanches" arrivent pour prendre un verre et il les laisse rentrer: "Je lui dis 'c’est une blague?'. Il me répond 'ce sont des habituées'". 

La version du restaurant

Toujours selon son témoignage à LCI, un autre homme se présente alors, "se met à hurler" et "les humilie devant tout le monde": "J’avais les larmes aux yeux. En allant le lendemain sur LinkedIn, on s’est rendu compte que l’homme qui nous a dit d’aller voir ailleurs était en fait le directeur de la salle."

Voyant que Karidja Touré commence à prendre des photos du Café de l'Homme, le vigile accepte de la laisser entrer. "Je lui ai rétorqué qu'on n'avait plus du tout envie de rentrer dans son restaurant." Elle envisage, toujours selon LCI, de porter plainte. 

Contacté par le même média, la porte-parole du Café de l'Homme réfute ces accusations: "Notre version des faits diffère un peu de celle rapportée par Karidja Touré. Elle s'est présentée en avance en indiquant qu'elle ne souhaitait plus dîner mais prendre un verre".

Si la représentante de l'établissement reconnaît que "le physionomiste aurait dû garder son calme" et assure que le prestataire qui l'emploie sera contacté "pour prendre les mesures qui s'imposent", elle déclare que "les responsables réfutent tout délit de faciès et assurent que leur restaurant est ouvert à tous". Elle affirme enfin que le directeur de salle n'a pas pris part à la dispute. 

Benjamin Pierret