BFMTV

Jean-Luc Reichmann sur l'affaire Quesada: "Je culpabilise, comment j'ai pu passer à côté de ça?"

Jean-Luc Reichmann

Jean-Luc Reichmann - France 5

L'animateur et acteur commente l'affaire Christian Quesada et évoque sa "blessure" après la mise en examen de l'ancien champion des Douze Coups de Midi.

Jean-Luc Reichmann a accepté de revenir lundi soir dans C à vous pour commenter l'affaire Christian Quesada. C'est la première fois, depuis la mise en examen de l'ancien champion des Douze Coups de Midi, que le présentateur commente les faits à a télévision. 

"Il s'est fait gauler cet individu et c'est très bien", commente Reichmann. "Vous ne dites plus son nom?", lui lance Anne-Elisabeth Lemoine. Il répond: "Evidemment! Quelle horreur, quel dégoût, j'ai envie de vomir!"

"Son histoire était extraordinaire. Chaque personne pouvait s'identifier"

L'animateur et acteur ne décolère pas: "On parle beaucoup d'un individu, et pas de victimes, pas d'enfants. On est père de famille, mère de famille, peut-être grand-père... On ne parle pas des victimes, et moi, ce sont mes combats", a-t-il martelé, avant de regretter la mise en avant dans l'émission de Christian Quesada: 

"Vous imaginez la blessure, pour moi, d'avoir mis comme ça quelqu'un en avant? C'était un exemple. Son histoire était extraordinaire. Chaque personne pouvait s'identifier", explique-t-il. "C'était un exemple. Et là, aujourd'hui, imaginez-vous la prudence, la prévention que nous nous devons de faire, nous les médias [...] Je culpabilise, comment j'ai pu passer à côté de ça?" 

"On va faire super attention"

Jean-Luc Reichmann a annoncé sur le plateau de C à Vous des mesures plus strictes pour la sélection des candidats: "Vous inquiétez pas qu'on va faire super attention. Tout le monde. A tous les étages. Et toutes les productions."

Il reproche aussi à Patrice Laffont de ne lui avoir rien dit: "[Quesada] est arrivé le 4 juillet 2016, il est parti de l'antenne le 14 janvier 2017. [Laffont] m'en parle cet été, pendant qu'on faisait une partie de pétanque", raconte-t-il. "Il me dit : 'ce mec, je l'ai jamais senti' et moi je lui réponds: 'pardon?'. Il n'était plus à l'antenne depuis un an et demi / deux ans [...] J'ai été interpellé, mais pourquoi maintenant ?"

Jérôme Lachasse