BFMTV

Gérard Depardieu étrille la France, où se joue "le contraire des droits de l'homme"

Gérard Depardieu à Cannes, en mai 2010, bien avant la polémique sur son exil fiscal et ses aventures belges.

Gérard Depardieu à Cannes, en mai 2010, bien avant la polémique sur son exil fiscal et ses aventures belges. - -

L'acteur se montre à nouveau très critique envers son pays, qu'il compare à l'Amérique de Donald Trump.

Gérard Depardieu n'est pas tendre avec la France. En pleine promotion de son nouveau livre, Ailleurs (Le Cherche-midi), le monstre sacré du cinéma français donne son point de vue sur son pays d'origine, qu'il juge déprimant, dans un entretien pour Sept à Huit sur TF1.

Il précise néanmoins qu'il y a "plein de choses qui (le) dépriment": "Ça fait un bout de temps qu'elle est triste, mais il n'y a pas que la France, il y a l'Europe." Il ajoute que les Français sont "très tristes":

"D'ailleurs, je ne les vois pas, parce que je sors très peu d'ici. Et quand je ne suis pas là, je suis ailleurs", ajoute celui qui a vécu en Belgique et en Russie, pays dont il a acquis la citoyenneté en 2013. "Les gens n'ont plus d'ailleurs, ils sont enfermés."

"Ils vont faire des murs, comme Trump"

Et de déclarer que la seule chose qui lui donne encore espoir en France, ce sont les migrants, car "ils vont ailleurs". Selon lui, ils "devraient" être une chance pour la France:

"Normalement, dans les droits de l'homme, la France a toujours accueilli... Mais là, ils sont le contraire des droits de l'homme. La France, ils vont faire des murs maintenant, comme Trump. Les murs... Ce n'est pas être vivant que de faire des murs."

Gérard Depardieu s'est souvent montré critique envers la France et ses hommes politiques. En 2016, il avait notamment estimé dans le quotidien italien Corriere della Sera que l'Hexagone se transformait en "un Disneyland pour les étrangers" où "Il n'y a plus de libertés" et où "les gens sont manipulés".

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV