BFMTV

Dominique Besnehard "atterré" par le peu de monde présent aux obsèques de Danielle Darrieux

Dominique Besnehard au Festival de Cannes en 2016

Dominique Besnehard au Festival de Cannes en 2016 - Philippe Lopez - AFP

Le célèbre agent de stars a fait part de son indignation après les obsèques de Danielle Darieux où les personnalités du monde du cinéma français avaient brillé par leur absence.

Ce mercredi 25 octobre, les obsèques de l'actrice Danielle Darrieux, morte la semaine dernière à l'âge de 100 ans, ont été célébrées en toute sobriété en l'église Saint-Jean-Baptiste de Bois-le-Roi dans l'Eure en présence d'anonymes et de quelques personnalités. La comédienne a ensuite été inhumée à Marnes-la-Coquette dans les Hauts-de-Seine. Mais l'absence remarquée de la "famille du cinéma français" a profondément choqué Dominique Besnehard, qui l'a fait savoir ce jeudi sur les réseaux sociaux.

Sur son compte Facebook, l'ancien agent de stars, à qui l'on doit notamment la série Dix pour cent, s'est indigné dans un message où il se dit "atterré du peu de monde qui a assisté aux obsèques de Danielle Darrieux".

"C'est peu pour rendre hommage à cette légende"

"Ses partenaires ne sont pas tous morts, s'agace-t-il. Aucune des huit femmes n'était là (en référence au film sorti en 2002, NDLR), mais la belle présence de son metteur Francois Ozon rattrapait leur indifférence. J'ai crois2 Dominique Lavanant, sa dernière partenaire au théâtre, Jean-Noël Mirande de France 3, Frédérique Bredin, patronne du CNC, son dernier agent Nicole Cann, Lisa Pillu, productrice, et bien sûr Line Renaud toujours respectueuse et fidèle. C'est peu pour rendre hommage à cette légende"

Ce dernier hommage à l'icone du cinéma français a été rendu en présence de sa famille, dont son compagnon Jacques Jenvrin, de Thierry Coudert, le préfet de l'Eure, ou encore de Jean-Pierre Morel, le maire de la commune où vivait le couple depuis plusieurs années. Une centaine d'habitants, venus de Bois-le-Roi ou de villages alentours, avaient également fait le déplacement.

Inoubliable partenaire de Jean Gabin dans La Vérité sur Bébé Donge en 1953 et de Gérard Philipe dans Le Rouge et le Noir en 1954, Danielle Darrieux avait vu sa carrière relancée par Jacques Demy qui lui donna dans Les Demoiselles de Rochefort en 1967 le rôle de la mère des jumelles incarnées par Catherine Deneuve et Françoise Dorléac.

Sous la direction de Paul Vecchiali (En Haut des marches, 1983) ou d'André Téchiné (Le Lieu du crime, 1986), l'actrice montrait qu'elle n'avait rien perdu de sa verve. En 2002, François Ozon l'avait choisi pour Huit femmes.

Fabien Morin