BFMTV

Diane Kruger: Weinstein, "tout le monde savait qu'il se comportait mal avec les actrices"

Diane Kuger, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur Harvey Weinstein ou

La comédienne allemande Diane Kruger était sur le plateau de BFMTV ce lundi. Le producteur Harvey Weinstein, les inégalités de salaire entre acteurs et actrices, la tribune signée par Catherine Deneuve... l'héroïne du dernier film de Fatih Akin, In the fade a répondu aux questions de Ruth Elkrief.

Comment avez-vous fait personnellement pour résister à Weinstein?
Je l’ai connu à 18 ans. J’étais mannequin à l’époque. Dans la mode il y avait également des mauvais comportements. En tant que femme nous avons tellement l’habitude d’avoir affaire à des hommes qui essaient de draguer des jeunes filles, qui vous mettent dans des situations inacceptables. J’ai appris à partir au bon moment.

À propos du silence de Tarantino sur la situation Weinstein
Tout le monde le savait. Personne ne savait qu’il violait. Je ne le savais pas personnellement. Tout le monde savait qu’il se comportait mal avec les femmes et les actrices.

Comment luttez-vous contre les inégalités salariales à Hollywood?

Je n’ai encore jamais été payé de la même manière que mon partenaire masculin. Ce n’est pas normal. J’essaye de le faire à mon niveau. J’ai beaucoup d’empathie et de reconnaissance pour les femmes qui ont pris des positions fortes comme Oprah Winfrey ou encore Nathalie Portman. Elles sont présentes à Hollywood depuis longtemps et ont donc un certain pouvoir. D’un autre côté il faut que l’on vive et que l’on gagne de l’argent. J’ai déjà été confrontée à la situation où j’hésite sur ma manière d’agir. Soit je ne travaille pas car la situation est inacceptable ou alors j’accepte un salaire en sachant que c’est injuste.

À propos des réactions de Catherine Deneuve: Etes-vous en accord avec sa peur d’une chasse aux sorcières ?
Jusqu’à un certain point évidemment. C’est important que les choses sortent. Il doit y avoir une plateforme pour toutes les femmes qui ont l’impression que quelque chose s’est mal passée. Elles doivent pouvoir en parler. Dans le futur cela va être compliqué. Les choses vont d’un extrême à l’autre en espérant que cela se tasse au juste milieu.

M. R. avec Ruth Elkrief