BFMTV

Cyril Hanouna: "Bolloré c'est mon grand frère, je ne taperai pas sur les émissions de Canal"

Cyril Hanouna sur le plateau de Touche pas à mon poste

Cyril Hanouna sur le plateau de Touche pas à mon poste - Lionel Bonaventure - AFP

L'animateur de Touche pas à mon poste! a changé de discours. Depuis que Vincent Bolloré a repris les commandes de Canal+, le trublion de D8 interdit toute critique des programmes du groupe.

L'animateur serait-il victime de son succès? Depuis quelques jours, l'animateur de D8 cumule des articles (pas forcément flatteurs) dans la presse. Après Le Canard Enchaîné, Charlie Hebdo ou encore TéléObs, c'est au tour de Society de mettre en avant les parts d'ombre de la nouvelle star du PAF.

"Son truc, c'est de dézinguer la concurrence directe"

Cette semaine, le bimensuel dresse un long portrait du présentateur de Touche pas à mon poste! dans ses colonnes, mettant notamment en avant son changement de comportement. Nos confrères révèlent par exemple qu'"une voix de l'émission" n'apprécie plus le mode de fonctionnement du programme et regrette notamment la fin de la "vraie spontanéité dans les débats" instaurée par l'animateur. 

"Aujourd'hui, Cyril nous dit: 'Ce soir, on va parler de Dechavanne, vous me le cartonnez tous!'", témoigne-t-elle. "Son truc, c'est de dézinguer la concurrence directe. L'année dernière, on n'avait pas le droit de dire du bien du Grand Journal, et cette année, on n'a plus le droit d'en parler du tout, parce que c'est Bolloré", poursuit-elle.

Des accusations que Cyril Hanouna nie de son côté en bloc: "Je leur répète toujours avant l'émission : 'Dites ce que vous pensez sinon ça flingue tout le concept'", assure-t-il.

Cyril Hanouna retourne sa veste pour Bolloré

En revanche, l'animateur concède ne pas vouloir faire de tort à la maison Canal+. "Je vais être honnête avec vous, il y a une telle unité dans le groupe cette année que je ne taperai pas sur les émissions de Canal. C'est la famille".

Un discours bien loin de celui qu'il tenait encore en septembre dernier, lorsque Vincent Bolloré restructurait complètement le groupe. Cyril Hanouna assurait qu'il n'y avait "aucune censure" dans TPMP, promettant même aux téléspectateurs de faire prochainement "une grande fête dans le bureau du patron".

Un animateur protégé

Aujourd'hui Cyril Hanouna se veut prudent en évoquant Vincent Bolloré, préférant le terme de "grand frère" à celui de "boss". "Vincent, c'est la première personne qui a cru en moi quand j'étais au fond du trou, il n'avait pas que ça à foutre mais il m'appelait toutes les semaines pour prendre des nouvelles. Dans le métier, c'est mon grand frère", explique-t-il.

Un discours que les détracteurs de Cyril Hanouna associeront sûrement à de la langue de bois, mais qui pourrait se justifier grâce au montant exorbitant déboursé par le président du conseil de surveillance de Vivendi et de Canal + pour conserver son animateur star: 50 millions d'euros par an.

Mais en interne, cette amitié entre les deux hommes fait grincer quelques dents. "C'est comme un mec qui fait le malin dans la cour de récré parce que son père est le directeur. Il facture très cher des émissions qui ne coûtent rien à produire et si quelqu'un se plaint, c'est 'Je vais en parler à Vincent'", témoigne un salarié du groupe.

R.I