BFMTV

Rencontre avec les créateurs du nouveau Pixar: "Coco est une lettre d'amour au Mexique"

-

- - Copyright Pixar Animation Studios

ENTRETIEN - Un extrait de Coco a été présenté ce vendredi au Festival d'Annecy. Attendu pour novembre en France, ce film est inspiré par la fête mexicaine du Jour des Morts.

Sept ans après Toy Story 3, le réalisateur Lee Unkrich revient avec Coco, un film consacré au Jour des morts mexicain. Co-réalisé par Adrian Molina, qui a déjà travaillé sur Toy Story 3 et Le Voyage d'Arlo, et produit par Darla K. Anderson, le long-métrage était très attendu aujourd'hui au Festival du cinéma d'animation d'Annecy.

Lors d'une projection, les festivaliers ont pu découvrir des images inédites du film qui sortira en novembre prochain en France. A cette occasion, BFMTV.com a pu poser quelques questions à Adrian Molina et à Darla K. Anderson sur la genèse du film et son importance, alors que Donald Trump entend construire un mur entre le Mexique et les Etats-Unis.

Mis à part le court-métrage L'Homme Orchestre, c'est la première fois qu'un film Pixar parle de musique. Est-ce ainsi que l'idée du film est née? 

Adrian Molina: Le film raconte l’histoire de Miguel, qui est un musicien. C’est un passionné, mais sa famille l’empêche d'accomplir son rêve. Le film n’est pas vraiment une comédie musicale, mais la musique est la moelle épinière de l’histoire. Notre tâche a été de trouver les moments parfaits pour intégrer dans la narration la musique, qu’elle accompagne d’une manière amusante l’aventure.
Darla K. Anderson: Effectivement, Coco n’est pas une comédie musicale, mais c’est un film rempli de scènes musicales.

Comme dans Rebelle?

Adrian Molina: Pas exactement, puisque Coco raconte l’histoire d’un musicien. Son aventure le place dans des situations où il rencontre des musiciens et où il comprend ce que cela signifie d’être un musicien.

Qui a eu l'idée de Coco? Est-ce Lee Unkrich?

Darla K. Anderson: Oui. Il voulait explorer cet univers du Jour des morts. Après Toy Story 3, lui et moi avons proposé l'idée au studio. Ils ont tout de suite été très intéressés par le sujet. Nous avons commencé à travailler dessus en 2011 et nous avons passé beaucoup de temps sur l’écriture du scénario. Nous avons la chance de faire partie d'un studio qui nous offre la possibilité de nous consacrer longtemps à un scénario et de nous soutenir.

Adrian, vous avez commencé comme scénariste sur le projet, avant d'être promu co-réalisateur. Comment cela s'est passé?

Darla K. Anderson: C’est moi qui l’ai découvert! (rires)
Adrian Molina: J’ai commencé sur ce projet comme story artist [scénariste additionnel, NDLR]. C'était déjà mon poste sur Toy Story 3 que Darla a produit. Quand j’ai entendu qu’ils préparaient ce film sur le Dias de muertos, j’ai tout de suite été très excité à l’idée de travailler sur un tel sujet. J’ai demandé à rejoindre l’équipe dédiée au scénario. J’ai proposé des idées pour des scènes qui posaient alors problème. Lee s’est montré très intéressé par mes idées. En lui montrant les pages que j’avais écrites, il m’a demandé si j’avais d’autres idées, non seulement pour des scènes, mais aussi pour l’histoire générale du film. On s’est rendu compte qu’on avait beaucoup à s’offrir mutuellement, non seulement pour l’histoire, mais aussi pour le style visuel et le montage. C’est ainsi que je suis devenu co-réalisateur.

-
- © Copyright The Walt Disney Company France

La dernière bande-annonce de Coco révèle la présence des morts, qui sont représentés sous la forme de squelettes. Comment vous est venue l'idée de les rendre si sympathiques?

Adrian Molina: Cette idée vient de la manière dont est célébré au Mexique le Jour des morts. Ce qui est intéressant et captivant, c’est que cette journée est une célébration et non un deuil. On ressent bien sûr des émotions pour ceux qui nous ont quittés, mais c’est avant tout une expérience très joyeuse. En ayant cette idée en tête, nous avons souhaité que les squelettes n’aient pas l’air effrayants, mais qu’ils ressemblent à nos amis, aux membres de notre famille. Ce qui est vraiment formidable avec cette bande-annonce, c’est qu’elle montre que le pays des morts n’est pas un lieu inquiétant: c’est un monde rempli de couleurs, de musique et de joie qui permet de mettre en scène une aventure pleine de vie et des personnages pour lesquels on ressent de l’empathie. Au niveau du design, on a vraiment fait attention que les personnages puissent mettre le sourire aux lèvres des spectateurs. 

Lee Unkrich a déclaré que Coco était une lettre d'amour au Mexique. Que voulait-il dire par là? 

Darla K. Anderson: Quand nous avons réalisé Ratatouille, nous nous disions que ce film était notre lettre d’amour à la France. Nous avions décidé de mettre en scène cette histoire dans cette ville magnifique et nous voulions être sûrs de la représenter dans toute sa grandeur et dans toute sa splendeur. Coco, c’est un peu la même chose. En situant cette histoire pendant le Jour des morts, une fête qui nous a toujours fascinés, nous avons voulu adresser une lettre d’amour au Mexique et d'embarquer les spectateurs dans une belle et émouvante aventure.
Adrian Molina: A chaque fois que nous nous sommes rendus au Mexique, nous avons senti leur amour pour la vie et pour nos films. Etant d’origine mexicaine, j’ai eu envie de leur rendre la pareille et de présenter au monde cette histoire familiale qui, je pense, résonne à travers le monde. Toutes les familles se retrouveront dans Coco.

-
- © Copyright The Walt Disney Company France
Jérôme Lachasse