BFMTV

Pourquoi Jim Carrey s'est éloigné de Hollywood

Jim Carrey

Jim Carrey - Frederick M. Brown / Getty Images North America / AFP

Le comédien raconte sans fard les raisons de son exil.

Roi du box office de 1994, année de sa révélation dans Dumb and Dumber, Ace Ventura et The Mask, à 2008, Jim Carrey s'est fait discret au cours des dix dernières années, apparaissant notamment dans Kick-Ass 2 et Dumb and Dumber De, deux films mal accueillis à leur sortie.

Lassé par le cinéma et les rôles qu'il se voyait attribuer, il se consacre désormais à la peinture. Et a accepté de participer à un documentaire sur Man on the moon, un biopic de l'humoriste Andy Kaufman que les critiques considèrent comme un de ses meilleurs films.

"Je ne voulais plus être dans cette industrie"

En 2018, le comédien fait son grand retour à la télévision avec la série Kidding, que met en scène Michel Gondry, le réalisateur d'Eternal Sunshine of the Spotless Mind. A cette occasion, il s'est longuement entretenu avec le Hollywood Reporter et a accepté de revenir sur son exil volontaire de Hollywood.

"Je ne voulais plus être dans cette industrie", explique-t-il. "Je n'aimais pas ce qu'il s'y passait, ces entreprises qui prennent le contrôle. Et c'est peut-être lié au fait que je me suis intéressé à une différente forme d'art et que j'aime beaucoup la peinture - le fait de ne pas avoir un comité qui m'explique comment plaire à tout le monde."

Il poursuit: "Je ne suis pas le même homme. Je ne me sens plus comme le petit Jim qui essaye de se faire une place dans la stratosphère - je n'essaye plus de m'accrocher à quelque chose".

Une affaire judiciaire a aussi éloigné l'acteur des plateaux. En 2016, une plainte a été déposée contre l'acteur, accusé d'avoir acheté sous un faux nom des médicaments, sans ordonnance, à son ex-petite amie Cathriona White. En dépression depuis leur rupture, cette dernière avait succombé à une overdose.

Après Kidding, l'acteur de Menteur, Menteur sera au générique de Sonic le film. Son rôle: Dr Robotnik. Sortie en décembre 2019.

Jérôme Lachasse