BFMTV

Megan Fox sur son départ forcé de la saga Transformers: "Je me suis prise pour Jeanne d'Arc"

Megan Fox lors de la première de "Teenage Mutant Ninja Turtles" à Séoul en 2014

Megan Fox lors de la première de "Teenage Mutant Ninja Turtles" à Séoul en 2014 - Jung Yeon-Je - AFP

Virée de la franchise à succès Transformers pour ses propos déplacés sur le réalisateur Michael Bay, Megan Fox fait son mea-culpa dans les pages du Cosmopolitan.

"Virez-la sur-le-champ!". En 2011, cette phrase signée Steven Spielberg a scellé le destin de Megan Fox dans la saga Transformers qui l'avait révélée au public. Après avoir déclaré dans une interview à Wonderland Magazine que le réalisateur Michael Bay se comportait "comme Hitler" sur un plateau de tournage, le producteur Steven Spielberg a tout simplement décidé d'écarter la jolie brune de la franchise, remplacée à partir du troisième volet par Rosie Hunting­ton-White­ley.

Dans les pages du prochain numéro Cosmopolitan dont elle fait la couverture, l'actrice revient sur cet épisode avec recul. Six ans après les faits, l'actrice reconnaît ses torts et explique les leçons qu'elle a tirées de cette expérience. "Ca a été absolument le pire moment de ma carrière, analyse Megan Fox. Mais sans 'cette chose', je n'aurais sans doute pas appris aussi vite que je l'ai fait."

"J'aurais dû m'excuser"

"Tout ce que j'aurais dû faire, c'était m'excuser, poursuit-elle. Et j'ai refusé. J'étais tellement suffisante à 23 ans, je ne pouvais pas voir les bienfaits que cela m'aurait apporté. Je me prenais vraiment pour Jeanne d'Arc!"

Dans cet entretien pour l'édition britannique de Cosmopolitan, celle qui a incarné Mikaela Banes le temps de deux films confie: "Ca m'a blessé, ainsi que beaucoup d'autres personnes." Mais la comédienne de 31 ans, aujourd'hui mère de trois enfants, assure que cet épisode "obscure" est une "leçon inestimable" pour la suite de sa carrière. Une carrière après laquelle l'actrice ne court pas, expliquant: "Je ne privi­lé­gie­rai jamais le travail sur ma vie".

-
- © -
Fabien Morin