BFMTV

Le gouvernement américain enquête sur le sexisme à Hollywood

L'actrice américaine Patricia Arquette a livré un discours engagé lors de la dernière cérémonie des Oscars

L'actrice américaine Patricia Arquette a livré un discours engagé lors de la dernière cérémonie des Oscars - Robyn Beck - AFP

Les productions hollywoodiennes, accusées de discriminations envers les actrices, sont observées à la loupe par le gouvernement américain.

Elles s'appellent Patricia Arquette, Gwyneth Paltrow, Liv Tyler, Meryl Streep, Emma Watson, Anna Hathaway, Kristen Stewart ou encore Salma Hayek. Stars hollywoodiennes dont la carrière en fait rêver plus d'un, elles ont pourtant décidé de sortir de l'ombre afin de dénoncer le sexisme qui sévit dans leur profession. 

Un appel à l'aide qui a ouvert le débat sur l'égalité homme/femme au cinéma et qui n'est pas passé inaperçu, puisque le gouvernement américain a décidé de démarrer une enquête, comme le rapporte le site spécialisé Deadline.

Ainsi, une cinquantaine de femmes du milieu (actrices mais aussi réalisatrices, productrices, scénaristes...) ont reçu une lettre leur demandant d'apporter leur témoignage au dossier en cours. "Nous aimerions connaître votre point de vue personnel, vos anecdotes et les obstacles que vous avez pu rencontrer en essayant de réussir dans votre métier", peut-on y lire dans le courrier officiel. 

Inégalités salariales et jeunisme 

Le but de cette démarche est d'imposer de nouvelles règles aux studios américains, en prenant exemple sur de précédentes lois anti-discriminatoires établies par la commission pour l'égalité de l'emploi (EEOC, Equal Employment Opportunity Commission), concernant notamment l'âge, le sexe, la couleur de peau ou encore la religion des employés. 

Nul doute que le rapport risque d'être fourni. Par le biais des réseaux sociaux ou interviews, de nombreuses actrices ont pointé du doigt les inégalités salariales dont elles sont victimes. D'autres, à l'image de Jessica Chastain, reprochent à l'industrie du cinéma de sexualiser à outrance l'image de la femme tandis que certaines regrettent le jeunisme imposé aux actrices. 

D'après une étude, les femmes ne représentent que 12% des rôles dans les 100 principaux films sortis à l'écran en 2014 et ne possèdent en moyenne qu'un tiers des répliques. Enfin, selon le Guardian, un premier rôle féminin ne gagne que 40% du salaire qu'un premier rôle masculin. 

Mais cette enquête permettra-t-elle de mettre un terme à ces discriminations? Le site Deadline rappelle que dans les années 80 déjà, le syndicat Directors Guild of America avait porté plainte contre Warner Bros et Columbia, accusés d'employer trop peu de femmes sur les plateaux de tournage. Près de 30 ans plus tard, le problème est, malheureusement, toujours d'actualité. 

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV