BFMTV

L'émotion de Xavier Dolan à Cannes

Au comble de l'émotion, le jeune réalisateur canadien, couronné du Grand prix à Cannes pour son film Juste la fin du monde, a livré un discours entrecoupé de sanglots sur le thème de la reconnaissance.

"Tout ce qu'on fait dans la vie, on le fait pour être aimé. Moi en tout cas oui". La voix brisée par l'émotion, Xavier Dolan a livré dimanche soir, sur la scène du Palais des festivals à Cannes, un très émouvant discours de remerciement. Le jeune cinéaste canadien a vu son film Juste la fin du monde récompensé d'un Grand Prix.

"Ca va être très difficile", a-t-il d'abord lancé, en dépliant fébrilement le texte qu'il avait préparé.

"J'espère tellement ne pas l'avoir déçu"

Se lançant alors dans le délicat exercice des remerciements, le réalisateur de 27 ans a déclaré: "Plus je grandis et plus je réalise qu'il est difficile d'être compris. Et plus paradoxalement, je me comprends moi-même et je sais qui je suis".

Se tournant vers George Miller, le président du jury, il a ajouté: "Votre témoignage, votre compréhension et votre amour me laissent croire qu'il faut faire des films qui nous ressemblent, avec le coeur, l'instinct et sans compromis. Sans céder à la facilité, même si l'émotion est une aventure qui voyage parfois mal jusqu'aux autres.

"J'espère tellement ne pas l'avoir déçu où qu'il soit", a-t-il dit à propos de Jean-Luc Lagarce, auteur de la pièce dont le film est tiré. "Je tournerai toute ma vie des films, aimé ou non", a-t-il conclu avant de citer l'écrivain Anatole France: "Je préfère la folie des passions à la sagesse de l'indifférence".

"Tout me ressemble dans le film"

"J'étais très très très ému parce que, pour moi, il n'y a pas une plus grande façon de panser les blessures d'une personne ou de nous rassurer en tant qu'artiste ou en tant que raconteur d'histoires, de nous dire que nos personnages ont été compris, nos personnages ont été aimés et que nous on a été aimé et compris", a expliqué le réalisateur au micro de BFMTV après la cérémonie.

"Tout me ressemble dans le film. Les personnages, leur intensité, comment ils crient l'amour qu'ils taisent au fond d'eux".

Juste la fin du monde raconte une journée de la vie de Louis (Gaspard Ulliel), homosexuel et auteur de théâtre à succès, qui retrouve sa famille après 12 ans d'absence pour annoncer sa mort prochaine.

En 2014, Xavier Dolan avait reçu le Prix du jury pour son film Mommy.

M. R. avec AFP et Candice Mahout