BFMTV

"Kaamelott": plus de 200.000 fans se ruent aux avant-premières, quelques heures avant le pass sanitaire

Partout en France, les fans se sont pressés mardi soir dans les salles obscures pour les premières projections de l'adaptation de la série culte.

Ils étaient nombreux, ce mardi soir, à se presser devant des cinémas pour retrouver le roi Arthur. Près de 12 ans après la fin de la série française culte Kaamelott, les fans ont pu découvrir l'adaptation sur grand-écran lors d'avant-premières organisées partout en France. Une dernière occasion de se rendre dans les salles obscures sans montrer patte blanche puisque la sortie officielle du film, ce mercredi, coïncide avec la mise en place du pass sanitaire obligatoire dans les cinémas.

Désormais, il faudra présenter une preuve d'un schéma de vaccination complet, un test de dépistage anti-Covid négatif de moins de 48 heures ou un preuve d'une contamination récente pour accéder aux lieux de culture ou de loisir réunissant plus de 50 personnes. Des mesures qui pourraient se ressentir sur les entrées futures du film mais face auxquelles Alexandre Astier, réalisateur et acteur principal, reste philosophe:

"On cohabite avec un virus contre lequel on lutte", déclare-t-il à BFMTV. "Oui, ça va certainement jouer sur les entrées de ce film. (Mais) c'est un petit problème au milieu d'un problème beaucoup plus grand. La santé passe avant le cinéma, c'est comme ça."

Carton en puissance

Car Kaamelott - Premier volet s'annonce comme le blockbuster français de l'été. L'impatience des fans depuis l'arrêt de la série a été décuplée par les reports de sortie liés au Covid-19. Et l'engouement se ressentait déjà lors des avant-premières, qui se sont conclues par des tonnerres d'applaudissements: plus de 206.000 billets ont été vendus partout en France.

Les exploitants, eux aussi, ont dû s'adapter. Le cinéma parisien Le Grand Rex a mis en place du personnel et du matériel supplémentaires.

Stephen Brouzet, le directeur d'exploitation du cinéma, n'est pas inquiet de l'arrivée du pass sanitaire: "Nous sommes assez sereins, on a réussi à anticiper toutes les possibilités", assure-t-il. "Aucune raison de paniquer."

D'autant que les signes sont positifs. Dans cet etablissement, près de 4000 billetss ont déjà été vendus pour le reste de la semaine. Un niveau de preventes élevé, donc, malgré l'application du pass sanitaire.

Jean-Marie Marchaut, avec Benjamin Pierret