BFMTV

Jean-Claude Van Damme, de retour dans Lukas: "J'ai fait plein de films où je mentais"

Affiche de Lukas avec JCVD

Affiche de Lukas avec JCVD - Ocean Films

L’acteur est à l’affiche ce mercredi 22 août du nouveau polar de Julien Leclercq. JCVD y apparaît comme on l’a rarement vu. A cette occasion, il se confie à BFMTV.

"Je souhaite à tous les metteurs en scène du monde de faire un film avec lui. C’est comme si, après avoir eu le permis, on avait tout de suite une Rolls-Royce". "Lui", c’est Jean-Claude Van Damme. Et celui qui dresse son panégyrique, c'est Julien Leclercq (L'Assaut, Gibraltar), le réalisateur de son nouveau film, le polar Lukas, au cinéma ce mercredi 22 août.

Le pitch est simple: un agent de sécurité (Lukas, joué par Jean-Claude Van Damme) est contraint d’infiltrer pour le compte de la police un dangereux gang flamand. Le scénario a été écrit spécialement pour la star de Bloodsport et de Kickboxer. "Ce n’est pas un film à clins d’œil", prévient cependant Leclercq.

"Jean-Claude reste dans son personnage 22 h par jour"

Les deux hommes collaborent ensemble pour la première fois. "On s’est apprivoisé", indique le cinéaste. "Je le connaissais comme tout le monde à travers les films, mais pas intimement, ni l’acteur avec cette force de proposition, cette écoute".

Pour le comédien comme pour le réalisateur, le tournage en plein hiver en Belgique fut très "intense". Perfectionniste, JCVD s'est astreint à une grande rigueur "pour éviter de mentir au public". "J’ai fait plein de films où je mentais, où mon character (personnage) n’était pas assez développé", déplore-t-il. A l’écran, tout doit "faire vrai", assure-t-il.

Julien Leclercq acquiesce: "Jean-Claude reste dans son personnage vingt-deux heures par jour. C’était Lukas pendant trente-deux jours". Cet investissement émotionnel a cependant un coût: "ça prend deux trois quatre semaines pour redevenir toi, ça dépend de comment tu t’es imprégné dans le rôle", glisse "The Muscles from Brussels".

Jean-Claude Van Damme dans Lukas
Jean-Claude Van Damme dans Lukas © Copyright Océan Films

Trente-deux prises en un jour

Présent à chaque plan, JCVD apparaît comme on l’a rarement vu à l’écran: taiseux, fatigué, affublé de lunettes de vue, vêtu d’un pull trop grand pour lui. Une scène, en particulier, marque les esprits - et illustre bien l’attention que porte JCVD au réalisme: un plan-séquence de cinq minutes où Lukas doit réussir une mission.

"J’adore les plans comme ceux-là. C’est la condition physique qui est dure. C’est le cardio qui est dur", précise le spécialiste en arts martiaux. "Cette scène a a été le moment de bravoure du film. Je n’ai fait que cinq films, mais c’était mon plan le plus complexe", explique Julien Leclercq. "C’est un pur mariage entre l’acteur et la caméra. C’était un vrai ballet à chorégraphier même si c’était plus violent qu’un ballet!"

Le tournage de cette séquence s’est étalé sur une journée. Au bout de la quinzième prise, JCVD lance à son réalisateur: "si tu vois une erreur, rien qu’une petite erreur, coupe et on recommence pour essayer de la faire parfaite". Elle le sera au bout de la trente-deuxième.

"C’est là que j’ai vu que Jean-Claude Van Damme était béni des dieux du cinéma. C’était la dernière prise possible, après je n’avais pas de lumière. Lorsqu’il est ressorti de la maison, il y avait un superbe coucher de soleil qui arrivait derrière lui. C’est là que je me suis dit qu’il avait de la chance, ce garçon".

De la chance et beaucoup de confiance en Julien Leclercq: "Un gars comme ça, il sait ce qu’il fait, il m’aime. Il veut que ce soit bien. Tu te laisses faire dans un truc comme ça. C’est ça qui est beau: quand le director est super, l’acteur n’a qu’à se concentrer sur son acting."

Full Love, qu'il a réalisé, sort en 2019

Quand il ne se concentre par sur l’acting, JCVD planche sur Full Love, un film qu'il a commencé à réaliser il y a dix ans. "C’est un film qui a été fait sans script, au jour le jour", dit la star, qui précise avoir travaillé sur ce long-métrage "avec des gens inconnus, des copains": "Ils sont biens. C’est chouette". Il faudra cependant attendre encore un peu avant de le découvrir. Selon JCVD, le film devrait voir le jour en 2019.

Jérôme Lachasse