BFMTV

Captain Marvel: "80% des scènes avec le chat ont été conçues par les effets visuels!"

Captain Marvel

Captain Marvel - Copyright Marvel Studios 2019

Chris Townsend, responsable des effets spéciaux, raconte comment il a rajeuni Samuel L. Jackson, conçu les pouvoirs de Captain Marvel et créé numériquement la véritable vedette du film: le chat Goose.

Premier film des studios Marvel centré sur une super-héroïne, Captain Marvel a remporté un grand succès en mars dernier. Le blockbuster co-réalisé par Anna Boden et Ryan Fleck se présente comme un flashback d'Avengers Endgame. Situé dans les années 1990, le film raconte en effet l'histoire de Carol Danvers alias Captain Marvel (Brie Larson), le personnage le plus puissant de l'univers Marvel.

Truffé de références à cette décennie, le long-métrage a également la particularité de mettre en scène une version rajeunie de Nick Fury, incarné par Samuel L. Jackson. À l'occasion de la sortie de Captain Marvel en vidéo, Chris Townsend, le responsable des effets spéciaux, raconte à BFMTV comment il a rajeuni Samuel L. Jackson, conçu les pouvoirs de Captain Marvel et créé numériquement la véritable vedette du film: le chat Goose.

Comment avez-vous créé la vedette du film, Goose le chat?

Travailler avec des chats est toujours un défi. Je n’avais jamais travaillé auparavant d’une manière aussi rapprochée avec des animaux. J’ai pensé au début que ce que nous allions demander au chat serait des choses normales pour un félin. J’ai pensé qu'il pourrait tout faire lui-même... Malheureusement, malgré les quatre chats exceptionnels que nous avions sur le tournage, nous avons compris assez rapidement qu’ils n’étaient pas en mesure de reproduire ce que nous leur avions appris. Ils avaient peur des bruits un peu trop forts du plateau...

Et en plus Brie Larson est allergique aux chats!

Nous avons dû les remplacer numériquement dans les plans! 80% des chats que vous voyez à l’écran ont été conçus par les effets visuels! Nous nous sommes rendus en Allemagne, chez Trixter, pour créer le modèle. Nous avons photographié, scanné un véritable chat dont le nom était Reggie. Les équipes de Trixter ont vraiment étudié l’anatomie de l’animal et sa structure musculaire avant de le créer numériquement. C’était vraiment un travail minutieux, car ils ont dû ensuite ajouter tous ses poils.
Goose le chat dans Captain Marvel
Goose le chat dans Captain Marvel © Marvel 2019
On s’est dit qu’on avait bien travaillé, mais lorsqu’on a commencé à ajouter le chat dans les plans du film, on s’est rendu compte à quel point il était difficile de le faire correspondre à l’environnement. Il fallait faire attention, car dès que le regard du chat n'était pas parfait, il pouvait paraître étrange ou ressembler à un animal empaillé... C'était extrêmement difficile de rendre le chat le plus réaliste possible. Nous devions faire attention lors des scènes où il vole, mais aussi lorsqu'il fait des choses normales, comme lorsqu’il est dans les bras de SamueL L. Jackson ou de Brie.

Comment avez-vous fait voler le chat dans l’espace?

On a beaucoup imaginé la scène dans notre tête! Nous devions imaginer où le chat serait [dans les plans] pour que les comédiens puissent regarder dans la bonne direction. Il y a eu beaucoup de répétitions et de plans tournés pour avoir la bonne prise. Puis nous avons ajouté le chat en train de voler - qui est évidemment en 3D!
Samuel L. Jackson dans Captain Marvel
Samuel L. Jackson dans Captain Marvel © Marvel 2019

Comment avez-vous rajeuni Samuel L. Jackson? 

Une des joies de pouvoir travailler avec quelqu’un comme Sam Jackson est de pouvoir s’appuyer sur son incroyable filmographie. Nous avons étudié ses films des années 1990, comme Négociateur (1998) de F. Gary Gray, Sphère (1998) de Barry Levinson, 187 code meurtre (1997) de Kevin Reynolds et Une journée en enfer (1995) de John McTiernan pour déterminer à quoi il devait ressembler [dans Captain Marvel].
J’ai travaillé de très près avec Janelle Croshaw, qui supervisait les effets visuels et s’est occupée chaque jour du rajeunissement de Sam. Nous avons fait quelques tests avant de commencer le tournage. Nous avons photographié Sam, ainsi que sa doublure qui nous a servi aussi de référence: nous avons scanné sa peau pour permettre à Sam d’apparaître plus jeune à l’écran. Évidemment, avec ce procédé, le temps passé sur un plan est très long. C’est un travail très minutieux où nous travaillons sur chaque image pour aplatir, écraser, étirer, lisser son corps, son visage, ses épaules, son cou, son menton. Pour gagner du temps, on a essayé de tourner sans la doublure et par chance Sam Jackson est en très bonne santé et paraît plus jeune que son âge. Cela nous a facilité la tâche. La difficulté, pour nous, est cependant que le public sait exactement ce à quoi ressemblait Samuel L. Jackson il y a une vingtaine d’années...
Captain Marvel
Captain Marvel © Marvel 2019

Comment avez-vous créé les pouvoirs cosmiques de Captain Marvel?

Il y a plusieurs choses. Il y a sa transformation en Binaire, en mutante aux pouvoirs cosmiques, lorsque l’énergie flotte dans tout son corps qui s’allume. C’est un effet qu'il était très difficile de réussir, car il fallait créer dans un film très naturaliste ce visuel extraordinaire et les mêler sans accroc, pour donner l’illusion que ces deux effets appartenaient au même monde. Pour le rayon de lumière [qui émane de ses mains], nous avons étudié de près des moteurs, des propulseurs, des fusées, car nous ne voulions pas que le rayon de Captain Marvel soit trop similaire à ce que nous avions déjà vu dans d’autres films de super-héros. 
Jérôme Lachasse