BFMTV

Cannes 2019: Mektoub, My Love - Intermezzo dézingué par les spectateurs après la projection

De nombreux spectateurs ont fait part de leur malaise et de leur colère après la projection du nouveau film d'Abdellatif Kechiche.

Pour son retour à Cannes, Abdellatif Kechiche aura marqué la croisette. Jeudi soir a eu lieu la projection de Mektoub My Love: Intermezzo, la suite de Mektoub My Love. Le long-métrage de 3h28 a provoqué des réactions enflammées, à défaut d'être positives.

"À un moment j'étais sur mon téléphone, parce que c'était insoutenable", a raconté une spectatrice à BFMTV après la séance. "Le monsieur à côté de moi m'a dit 'Vous n'avez pas honte d'être sur votre téléphone?'. Je lui ai dit: 'J'ai honte du cinéma français'."

"Du sexisme pur"

Six ans après sa Palme d'or pour La Vie d'Adèle, Abdellatif Kechiche propose un film dont les trois quarts se déroulent en boîte de nuit. Une expérience "radicale jusqu'à l'overdose" et "éprouvante", selon l'Agence France-Presse (AFP), "quasiment hypnotique", marquée par une scène de cunnilingus de 13 minutes. Comme lors du premier volet, certains spectateurs ont été dérangés par la manière dont le réalisateur filme les femmes:

"C'est du sexisme pur. Il montre des corps, comme ça, et c'est immonde", a ainsi confié l'une des spectatrices à BFMTV en se tenant la tête.

Même les amateurs du cinéaste n'ont pas été charmés: "Autant j'avais adoré le premier, là je trouve que c'est une escroquerie totale", a-t-on entendu à la sortie du film. "C'est un vide ce film, un grand vide selon moi", confiait un autre.

Édouard Bonnamour avec Benjamin Pierret