BFMTV

Blockbusters: les Russes prennent leur revanche sur Hollywood

Guardians (2017), qui est sorti mercredi 26 juillet en DVD et blu-ray.

Guardians (2017), qui est sorti mercredi 26 juillet en DVD et blu-ray. - Wild Side

Plus fort qu'Avengers, Valérian et Wonder Woman réunis: Guardians, la réponse russe à Marvel. A l'occasion de la sortie en France du DVD et blu-ray de ce film de super-héros, retour sur la nouvelle vague des blockbusters russes.

Cet été, les films originaux comme Baby Driver et Dunkerque ont détrôné au box office des franchises autrefois lucratives (Pirates des Caraïbes, Transformers, La Momie). Alors que les sequels, les prequels et autres spin-offs concoctés par Hollywood trustent les multiplexes, le reste du monde organise la résistance.

Lassés par les histoires de sauveurs blancs américains, la Chine, l'Inde ou encore la Russie espèrent faire de l'ombre au géant hollywoodien en proposant leurs propres blockbusters. C'est le cas à Bollywood avec l'épique diptyque La Légende de Baahubali (2015-2017); en Chine avec League of Gods (2016), film fantastique avec des crabes géants, des bébés magiques et Jet Li en vieux sage; et en Russie avec Guardians, sorti mercredi 26 juillet en DVD et blu-ray en France (chez Wild Side).

Guardians est présenté comme une réponse aux Avengers de Marvel. Nés pendant la Guerre Froide comme les X-Men de Stan Lee, les "Guardians" représentent les différentes régions de l’URSS (Sibérie, Moscou, Kazakhstan, Arménie). Les "Guardians", ce sont les 4 Fantastiques sous stéroïdes: un ours géant torse nu, un homme-roche, un être ultra-rapide doté d'épées circulaires et une femme invisible (les clichés ont la peau dure). Quant au méchant, Kuratov, c’est une sorte de grand bébé rose et bodybuildé, une espèce de sosie des "Ingénieurs", ces étranges colosses blanchâtres imaginés par Ridley Scott dans Prometheus (2012).

Les Américains représentent la menace

Comme un pied de nez au cinéma hollywoodien, le méchant de Guardians est américain. Enfin, presque: le méchant Kuratov a dérobé la Hammer Space Station, un canon construit par le président Ronald Reagan dans le cadre de "La Guerre des Etoiles", son projet de défense anti-missile: "La puissance de son tir peut détruire la Terre entière", prévient l'un des personnages. C’est de bonne guerre, après des années de clichés sur les Russes dans les films américains. 

Guardians se démarque aussi par l'amour du réalisateur pour les plans en contre-plongée sur des hommes bodybuildés torse nu (une référence à la passion de Poutine pour les promenades équestres torse nu?). Malgré un succès en demi-teinte en Russie, une suite est déjà prévue pour fin 2018. Elle sera co-produite avec la Chine et comportera des personnages chinois. La rencontre entre les imaginaires chinois et russes devrait donner lieu à un film très surprenant.

Guardians n'est pas le premier blockbuster russe visant à détrôner Hollywood. En 2004, Night Watch de Timour Bekmambetov a marqué un premier pas dans cette direction. Mais le cinéaste a depuis été débauché par Hollywood où il a signé Wanted (2008) avec Angelina Jolie, Abraham Lincoln, chasseur de vampires (2012) et Ben-Hur (2016). Une nouvelle génération de metteurs en scène nourris de heroic fantasy et d’action movies lui a succédé. Et entend faire mieux qu'Hollywood, avec moins d'argent. Pour cela, le ministère de la Culture a déjà trouvé une parade, comme l'évoquait début juin le Hollywood Reporter: Selon une nouvelle législation, les nouveaux films ne doivent pas occuper plus d'un tiers des salles de cinéma. Un geste destiné à restreindre la diffusion des films américains en Russie. 

Independence Day à la russe

Cette année est sorti aussi, mais en Russie uniquement, Attraction, présenté par les distributeurs comme la réponse russe à Independence Day. Selon son réalisateur Fiodor Bondartchouk, cet ambitieux film de science-fiction s'inspire du Dark Knight de Christopher Nolan. Comme le réalisateur de Dunkerque et d’Interstellar, Attraction a été tourné en Imax 3D. Il s’agit du quatrième film russe tourné dans ce format-là après la reconstitution historique Stalingrad (2013), le film catastrophe dans un avion Flight Crew (2016) et le récit d’aventure The Duelist (2016).

Dans Attraction, un vaisseau extraterrestre s’écrase dans le quartier Chertanovo de Moscou. Alors que le gouvernement russe impose la loi martiale, les moscovites se révoltent contre "l'envahisseur". Le réalisateur s'est inspiré des émeutes anti-immigrés du quartier de Biriouliovo en 2013. Après le meurtre non-élucidé d’un jeune moscovite de 25 ans, des nationalistes radicaux avaient déclenché des émeutes, accusant accusaient du meurtre un homme d’origine "non slave". Attraction a rencontré un grand succès en Russie, aussi bien critique que public. 

Monstres et compagnie

Guardians et Attraction seront suivis en janvier 2018 par un film aussi mystérieux qu'intriguant: Coma, un film de monstres où un architecte est propulsé dans un monde parallèle après un accident. Visuellement, Coma n'a rien à envier à Doctor Strange avec Benedict Cumberbatch.

Dans un registre différent, sortira cet hiver en Russie Journey to China: The Mystery Of The Iron Mask. Cette suite de La Légende de Viy, adaptation d’un roman de Nicolas Gogol qui avait fait un carton en Russie en 2014, a un casting aussi improbable qu’excitant: Rutger Hauer (Blade Runner), Arnold Schwarzenegger et Jackie Chan. Comme la suite de Guardians, Journey to China: The Mystery Of The Iron Mask sera une coproduction sino-russe. Seule contrainte de cette alliance: toutes les références à Gogol ont été effacées et remplacées par des allusions à Alexandre Dumas et au récit mythologique chinois du roi-singe, La Pérégrination vers l’Ouest

Tourné en 3D, La Légende de Viy a reçu dès sa sortie les faveurs de la presse et du public russe, impressionné par son univers fantastique situé quelque part entre Guillermo Del Toro et Tim Burton. Si certains effets spéciaux peuvent paraître kitsch, il y a dans ses films une inventivité et un sens du spectaculaire qui semble avoir disparu des blockbusters américains. Très attendu, sa suite Journey to China: The Mystery Of The Iron Mask devrait permettre de placer un coup de projecteur sur un cinéma auquel le public international a jusqu'à présent eu peu l’occasion de goûter.

-
- © Wild Side

guardians de sarik andreasyan, avec anton pampushnyy, sanzhar madiyev, sebastien sisak et alina lanina.

En VOD depuis le 24 Juillet, en DVD & Blu-ray Combo Steelbook depuis le 26 Juillet. Prix: 19,99 € le DVD, 24,99 € le Blu-ray.

Durée: 88 minutes.

Jérôme Lachasse