BFMTV

#BlackCesars: une trentaine de stars dénoncent le manque de diversité du cinéma français

La comédienne Aïssa Maïga au festival de Cannes en 2014.

La comédienne Aïssa Maïga au festival de Cannes en 2014. - Bertrand Langlois - AFP

Olivier Assayas, Mathieu Kassovitz, Stomy Bugsy ou encore Firmine Richard et Aïssa Maïga dénoncent le manque de diversité du cinéma français.

Une nouvelle fronde. Après la tribune contre le fonctionnement des César, de nombreuses stars s'insurgent dans un nouvel texte publié dans Le Parisien contre le manque de diversité du cinéma français. 

Olivier Assayas, Mathieu Kassovitz, Stomy Bugsy, Firmine Richard, Aïssa Maïga, Sonia Rolland ou encore Edouard Montoute s'insurgent tous contre une industrie qui maintient "ses acteurs de couleur dans des rôles insignifiants qui ne justifieront jamais une quelconque nomination aux César."

"Cette invisibilité des acteurs, réalisateurs et producteurs issus de cette frange de la population accentue le malaise et le sentiment d’exclusion déjà vécu dans la vie réelle. A quand l’inclusion? La démission collective du conseil d’administration des César va-t-elle changer la donne?", s'interroge ce texte qui pointe également "du doigt les paradoxes d’un pays, la France, qui nomme Spike Lee, un réalisateur et producteur afro-américain, président du jury du prochain Festival de Cannes".

"L’adoption de mesures d’inclusion"

Citant les succès d'Il a déjà tes yeux, Les Misérables ou encore sur Netflix de Banlieusards et Le Gang des Antillais, la tribune affirme qu'il "n’est plus question, pour tous les professionnels du cinéma issus des immigrations et d’Outre-mer, d’être assignés aux rôles secondaires et stéréotypés auxquels on les a longtemps cantonnés".

Citant également l'exemple du cinéma anglo-saxon qui "confie des rôles de premier plan à tous ses acteurs sans distinction de couleur ou d’origine", les auteurs de la tribune préconisent "l’adoption de mesures d’inclusion" et "l’engagement dans la voie du communautarisme à l’américaine pour s’exprimer et s’épanouir dans leurs métiers":

"Il est temps d’ouvrir les portes et les fenêtres du cinéma français. Car le talent, comme l’émotion, n’a pas de couleur."
Jérôme Lachasse