BFMTV

Après Au nom de la terre, Guillaume Canet et Edouard Bergeon lancent un "Netflix agricole"

Le réalisateur Edouard Bergeon auteur de Au nom de la terre lance avec Guillaume Canet une plateforme de contenus autour du monde agricole.

Après le succès de Au nom de la terre, le réalisateur Edouard Bergeon et l'acteur Guillaume Canet ont eu envie de poursuivre le projet et de s'investir auprès de l'association Solidarité Paysans. Ils annoncent ce mardi le lancement d'un "Netflix agricole", baptisé Cultivons-nous. Une plateforme de contenus sur le monde agricole, documentaires et reportages.

"On s'est parlé de continuer cette aventure, avant même que l'aventure se termine. On a commencé à en parler même pendant le tournage", explique Guillaume Canet, qui évoque son "envie de s'investir plus dans cette cause".

Fracture entre les ruraux et les urbains

C'est en parcourant la France avec Guillaume Canet pour présenter le film, qu'est née l'idée de cette chaîne. Et du constat que le film a beaucoup mieux fonctionné en milieu rural qu'à Paris et dans le sud-est. 

"Cultivons-nous a germé avec le film Au nom de la terre, on a fait des dizaines de débats avec le public, explique Edouard Bergeon, notant avoir remarqué "une fracture entre les urbains, qui disent souvent qu'ils veulent bien manger et les ruraux, les agriculteurs".

Si la chaîne Cultivons-nous est destinée à faire mieux connaître les enjeux de la filière agricole, à travers des documentaires tels que Et l'homme créa la vache ou L'Empire de l'or rouge, elle a également une dimension solidaire. 

"Dans l'abonnement, qui est de 4,99 euros, il y a un euro qui est reversé à l'association Solidarité Paysans", précise ainsi Guillaume Canet.

Au nom de la terre, qui a réuni 2 millions de spectateurs en salles en 2019, a été projeté au Parlement européen, à l'initiative des eurodéputés écologistes Yannick Jadot et Benoît Biteau, afin de mettre en lumière la crise des campagnes.

Le film est tiré d'une histoire vraie, celle du père d'Edouard Bergeon, qui s'est suicidé alors qu'il était fortement endetté. Avant de réaliser cette fiction, Edouard Bergeon a signé un documentaire, Les Fils de la terre, sur le suicide des paysans.

Jean-Marie Marchaut avec Magali Rangin