BFMTV

Annecy 2020: Petit Vampire de Joann Sfar, un film d’animation pour les enfants et les fans de surnaturel

Petit Vampire de Joann Sfar

Petit Vampire de Joann Sfar - Studio Canal


Le dessinateur présente en avant-première au festival d’Annecy les premières images de son nouveau film d'animation, une adaptation de sa BD Petit Vampire sur laquelle il travaille depuis six ans.

Joann Sfar explore depuis ses débuts en bande dessinée un univers merveilleux et fantastique où se croisent diverses créatures des folklores d’Europe de l’Est. Quand il ne dessine pas le Chat du Rabbin, il porte son dévolu sur le golem, le monstre de Frankenstein ou encore les vampires, dont il explore les états d’âme. 

2020 marque l’aboutissement d’un projet particulier pour ses monstres. Pour la première fois, et après plusieurs tentatives avortées, Joann Sfar a pu enfin réaliser son premier film de monstres, Petit Vampire, d’après sa BD paru chez Delcourt puis chez Rue de Sèvres. Quatre mois avant la sortie nationale du film, il en dévoile les premières images lors du festival d’Annecy, organisé en ligne du 15 au 30 juin. 

Le réalisateur raconte les aventures de deux amis, le chétif Petit Vampire et le bagarreur Michel, un orphelin auquel il prête ses traits. Ensemble, ils affrontent le terrifiant Gibbous, qui menace leur tranquillité et rêve de kidnapper la mère de Petit Vampire.

Une histoire très personnelle

Comme souvent chez Joann Sfar, Petit Vampire est une histoire très personnelle. L’intrigue se déroule à Antibes, dans la maison de ses grands-parents maternels. Il en a reproduit chaque recoin: 

"C’est une maison qu’on a vendu au décès de mes grands-parents il y a une vingtaine d’années. J’y suis allé avec mon copain Antoine Delesvaux [le co-réalisateur de Petit Vampire et du Chat du Rabbin, NDLR]. On est allé dans la rue, on a pris des photos. Les locataires n’étaient pas là. On a escaladé la grille et on a pris des photos de l’extérieur. Pour l’intérieur, j’y suis allé avec ma mémoire." 

Dans la BD d’origine, Michel endossait seul la dimension autobiographique de l’histoire. Pour les besoins du film, Sfar a voulu que Petit Vampire ait lui aussi sa propre histoire. En la développant, il a compris pourquoi il ne cessait de revenir à ce personnage plus cathartique qu’il ne le soupçonnait: "Je me suis aperçu que dans la biographique de Petit Vampire il y avait aussi des choses qui parlaient de mon histoire”, confirme le dessinateur, avant d’ajouter: 

"Quand j’étais petit, mes grands parents - en particulier mon grand-père, qui était médecin - avaient toujours peur qu’il m’arrive quelque chose. J’étais un enfant extrêmement médicalisé - même quand j’étais en bonne santé -, à qui on disait que tout était dangereux, et à qui on disait de ne pas sortir. Et Petit Vampire lui aussi n’a pas le droit de sortir de son manoir! Vu du côté de Petit Vampire, c’est un film sur la surprotection des parents. Vu du côté de Michel, c’est un film sur l’imaginaire d’un petit orphelin qui joue avec la notion de mort pour qu’elle lui fasse moins peur." 
-
- © -

Jean-Paul Rouve et Camille Cottin au casting

Dans la lignée de Snoopy et du Petit Nicolas, Petit Vampire est un film sur les histoires que se racontent les enfants pour aller mieux: "On se souvient tous que petit, quand on était invité chez un copain, tout nous paraissait extraordinaire. Ce qui est souvent tout à fait faux d’ailleurs! Michel, quand il va chez Petit Vampire, a l’impression que tout est mieux." 

Joann Sfar entoure ses deux héros de "créatures surnaturelles positives" pour apprendre aux enfants à garder la joie de vivre malgré un monde extérieur souvent effrayant. "Mon objectif est d’avoir les mêmes enjeux que les grands dessins animés à la Pixar: on parle de sujets essentiels et on le fait de manière amusante pour que les enfants s’y retrouvent tous", explique le réalisateur, qui a perdu sa mère à l’âge de trois ans et va avec son film à l’encontre de l’image classique de l’orphelin tourmenté. 

Joann Sfar retourne aussi les clichés des vampires. Ses créatures nocturnes ne brûlent pas au soleil, comme le veut la tradition. Petit Vampire porte ainsi un imperméable jaune pour le protéger des rayons du soleil: "J’ai réchauffé au soleil méditerranéen mes créatures d’Europe de l’Est!", s’amuse le réalisateur, qui aime imaginer comment pourraient vivre au quotidien les monstres et a remplacé la musique lugubre des récits de vampires par de la musique provençale et des airs napolitains et niçois. 

-
- © -

Pour les voix, il a fait appel à des comédiens plus drôles qu’effrayants, à qui il a demandé un "jeu intense", "corporel" et "beaucoup d’émotions": "Il fallait que le studio sente la transpiration!" On retrouve ainsi au générique Jean-Paul Rouve (le Capitaine, le père de Petit Vampire), Camille Cottin (Pandora, la mère de Petit Vampire), Alex Lutz (le Gibbous), Claire de la Rüe du Can, de la comédie française, (Michel) et Louise Lacoste (Petit Vampire). Sfar s’est réservé le "triste privilège" de doubler un des amis de Petit Vampire, Marguerite, "un monstre de 200 kilos qui fait caca sur lui en permanence".

Des détails cachés

Avant de débarquer au cinéma, cette histoire de Petit Vampire a été éditée en trois tomes de BD chez Rue de Sèvres. Pour la première fois de sa carrière, Sfar développe en parallèle une histoire au cinéma et en bande dessinée. 

Si la version BD est tributaire du 7e Art (il y a même un générique!), la version animée est un hommage aux productions Disney des années 1950 et 1960, comme Les 101 Dalmatiens ou Merlin l’enchanteur: "On a utilisé des décors peints, très documentés. Les personnages sont dessinés et encrés plus simplement. Ce qui m’a amusé a été d’adapter mes personnages, de ne pas les dessiner comme dans ma BD." Pour l’adaptation du Chat du Rabbin (2011), il avait tenu à ce que les animateurs reproduisent exactement les dessins de sa BD. 

Conçu pour les enfants, Petit Vampire est aussi destiné aux adultes et aux fans de surnaturel. Le film est truffé de clins d’œil aux classiques du genre, des Goonies à La Créature du Marais en passant par Lovecraft: "C'est la première fois que je peux lâcher mes monstres au cinéma et comme il n’est question que de cinéma dans la vie de Petit Vampire, le scénario en est truffé. Les monstres vont au ciné club, ils regardent des films de la Hammer. C’est un film pour les petits, mais j’espère que les fans de surnaturel s’y retrouveront!"

-
- © -

une actualité toujours aussi débordante

En septembre, Joann Sfar continuera d’explorer l’histoire de Petit Vampire et sortira à L’École des Loisirs des livres pour enfants avec son personnage fétiche. Il publiera ensuite La Chanson de Renart, une saga située dans "un moyen-âge mythologique" et un nouveau Chat du Rabbin, une chronique familiale assez tendre qui marquera la fin d’un cycle.

Jérôme Lachasse