BFMTV

Affaire Weinstein: une ex-assistante payée 165.000 dollars en échange de son silence

Harvey Weinstein à Los Angeles en février 2015

Harvey Weinstein à Los Angeles en février 2015 - Getty - AFP

Zelda Perkins, ancienne assistante du producteur, a raconté au Financial Times avoir signé un accord de non-divulgation en 1998.

Les accusations n'en finissent pas de pleuvoir sur Harvey Weinstein. Alors qu'une cinquantaine d'actrices ont raconté avoir été victimes de harcèlement, d'agression sexuelle ou de viol de la part du producteur américain, c'est désormais du côté des employées que les langues se délient. 

Zelda Perkins, une ancienne assistante du magnat d'Hollywood, est sortie de son silence dans les colonnes du Financial Times. Elle y assure avoir été harcelée sexuellement à plusieurs reprises par son ancien patron lorsqu'elle travaillait pour lui à Londres. Ce dernier lui demandait notamment de le masser alors qu'il était en sous-vêtements et se promenait souvent nu devant elle.

280.000 euros pour se taire

L'ex-assistante explique n'avoir rien dit au début, se sentant "honteuse" face à ce comportement, jusqu'à ce qu'elle découvre qu'une de ses collègues subissait le même sort. Les deux victimes avaient alors demandé, en 1998, des dommages intérêts et obtenu 335.500 dollars (environ 280.000 euros) à partager de manière équitable... en échange d'un accord de non-divulgation les forçant à garder le silence. 

Une somme que pourrait aujourd'hui avoir à rembourser Zelda Perkins, puisqu'elle a brisé son contrat en parlant à la presse, précise le site de la BBC. Un risque dont l'ancienne assistante britannique était consciente en racontant son histoire.

"A moins que quelqu'un le fasse, il n'y aura jamais de débats sur à quel point ces contrats sont répandus et le poids que cela fait peser sur les épaules des victimes", a-t-elle assuré.

N.B.