BFMTV

Braquage de Kim Kardashian: les braqueurs expriment leurs regrets

Kim Kardashian le 28 août 2016

Kim Kardashian le 28 août 2016 - Jamie McCarthy - Getty Images North America - AFP

Deux des agresseurs présumés de Kim Kardashian sont revenus sur le braquage de la star dans la nuit du 2 octobre 2016, regrettant leurs actes. D'une certaine manière.

Dix mois après les faits, les braqueurs esquissent un mea culpa. Deux des personnes accusées d'avoir agressé Kim Kardashian à Paris dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, lui subtilisant 9 millions d'euros de bijoux, évoquent leurs regrets. De s'en être pris à la star de télé-réalité en la menaçant d'une arme à feu et en la ligotant... ou de n'avoir pas réussi à mener à bien leur opération. 

TF1/LCI rapportent les propos de ces deux agresseurs présumés. Interrogé par la juge d'instruction le 19 juin dernier, Yunice Abbas a réagi au témoignage de Kim Kardashian: "Ben, c’est dur, ce qu’elle raconte, la manière dont elle l’a vécu", a-t-il admis. "C’est un peu difficile, je ne sais pas quoi vous dire", a-t-il expliqué, avant de déplorer le déroulé brouillon des événements plus que l'acte lui-même:

"Moi, je ne me mets pas dans des situations comme cette scène (...) Des regrets, j’en ai, j’en ai eu dès cinq minutes après avoir quitté les lieux car je n’ai pas aimé la situation, le flottement, les hésitations, il y a eu toute une ambiance, un contexte qui ne m’a pas plu du tout", développe-t-il. "Après cette lecture, je regrette amèrement mais je ne peux pas revenir en arrière (…) Si j’avais su qu’il y avait autant de monde à ce rendez-vous, je ne serais pas venu car, trop de monde, ça porte toujours la poisse".

"Je voulais la rassurer"

Le 5 juillet, Aomar Ait-Khedache, un autre des braqueurs présumés, a regretté que les événements ne se soient pas déroulés comme il l'espérait: 

Je lui ai dit de se taire en français (...) pour calmer la situation car je ne n’étais plus à l’aise. Je voulais la rassurer. J’étais venu dans le but de bousculer quelqu’un et de repartir". Selon ses dires, il ne souhaitait pas mettre "cette dame dans cet état (…). J’en ai fait partie, c’est vrai, mais j’essayais de calmer le jeu (….) L’affaire a pris des proportions qui n’étaient pas prévues. Je parle de l’arme et des menottes (…) J’ai même pensé à partir sans rien prendre."

Après une longue période de silence, Kim Kardashian a fini par revenir sur cette nuit de cauchemar dans son émission de télé-réalité, L'incroyable famille Kardashian: "Je suis tellement bouleversée, rien qu'à l'idée d'y penser", avait-elle raconté, en larmes.

Benjamin Pierret