BFMTV

Marc Lévy sort sa première BD: "La BD a inventé la série TV d’aujourd’hui"

"L'Agence des invisibles", la première BD de Marc Lévy

"L'Agence des invisibles", la première BD de Marc Lévy - Phileas

Passionné de longue date du 9e Art, le romancier publie sa première BD en tant que scénariste, L'Agence Des Invisibles. Il raconte à BFMTV les coulisses de cette nouvelle aventure littéraire.

En vingt ans de carrière, Marc Lévy a souvent été adapté au cinéma, à la télévision et en bande dessinée, mais jusqu’à présent il n’avait encore jamais écrit de scénario original. C’est désormais chose faite avec L'Agence des invisibles, une histoire romanesque à souhait où une agence secrète est chargée de retrouver des personnes disparues dans les grands conflits.

"La notion de disparus est à la fois très romanesque et très intéressante", explique le romancier. "Depuis l’aube de l’humanité, on compte davantage les morts que les disparus après les conflits. Avec les disparus disparaît aussi leur histoire. Il y a des héros qui sont devenus des salauds, et inversement des salauds qui se sont inventés des passés de héros. Certains ont profité d’une guerre pour disparaître, puis renaître sous une autre identité. Il y a tout un mystère de la disparition. Tout ce qui touche à cette notion de l'identité me passionne."

Pour cette première fois, Marc Lévy s’est associé à des cadors du genre, le scénariste Sylvain Runberg, à qui on doit une transposition en BD de Millenium, et le dessinateur Espé, auteur d'une adaptation de son roman Sept jours pour une éternité en 2010-2011. "C’est un projet de série TV que j’ai écrit il y a deux-trois ans dans mon coin, pour m’amuser", se souvient l’écrivain. "J’avais écrit trois scénarios sur une première saison de six épisodes. Pris par beaucoup de travail, j’avais remisé dans un tiroir ces scénarios."

Marc Lévy se lance dans la BD avec "L'Agence des Invisibles"
Marc Lévy se lance dans la BD avec "L'Agence des Invisibles" © Joël Saget - AFP - Phileas

Il a réactivé le projet lorsque Espé l'a contacté il y a quelques années pour lui confier son envie de collaborer avec lui sur un album: "Le projet est vraiment né d’une idée de travailler ensemble. Sylvain s’est emparé du concept et l’a transformé en scénario. J’ai travaillé avec lui en étroite collaboration. Il n’y avait pas de problématique d’égo, on était tous au service de l’histoire, du dessin. On s’est beaucoup amusé. C'étaient des parties de ping-pong très joyeuses. Ça a été très fluide."

Écrire une BD n’a rien à voir avec écrire un roman. Il lui a fallu apprendre un nouvel art et tenir compte en particulier du placement du texte dans les bulles et dans les cases: "J’ai découvert que la perception du texte changeait en fonction de sa place dans sa case. Il faut faire attention à la fluidité du texte et du dialogue. Avoir des visages puis leur attribuer des voix, c’était un travail très intéressant."

Fan de Bretécher

Grand lecteur de BD, Marc Lévy entretient une longue histoire avec le 9e Art. "Quand j’étais petit, il y avait une aversion pour la BD. On nous conseillait de ne pas en lire", se souvient-il. "Mais j’ai toujours été passionné par la BD. Tout mon argent de poche passait dedans. Je suis rentré dans ce monde à travers des hebdomadaires qu’on attendait religieusement. C’était le bonheur. J’ai commencé avec Spirou, Tintin, puis je suis passé à la Rubrique-à-brac de Gotlib dans la revue Pilote."

Marc Lévy a grandi dans les années soixante et soixante-dix, "une époque dingue pour la BD", reconnaît-il: "C’était incroyable. Ma première collection, c’était Blake et Mortimer et Les Tuniques Bleues." La première séquence de L'Agence des invisibles - une impressionnante guerre aérienne - rend directement hommage à ses lectures enfantines de Tanguy et Laverdure et Buck Danny. "Buck Danny, j’adore", jubile le romancier. "Chez moi, je dois les avoir en trois collections différentes, dont la première!"

"L'Agence des invisibles", la première BD de Marc Lévy. Une double page en hommage à "Buck Danny"
"L'Agence des invisibles", la première BD de Marc Lévy. Une double page en hommage à "Buck Danny" © Phileas

Il continue d’énumérer les lectures de son adolescence, époque où il passe à la BD dite "adulte": "Puis il y a eu Druillet et Moebius. Un choc. Ma préférée, c’était Bretécher, C’était une transgression incroyable. Elle nous accompagnait sur les chemins de l’adolescence."

Environ 3000 BD chez lui

Il n’a depuis pas arrêté d’en lire, se fournissant en nouveautés à chaque passage en France. Sa maison à New York est désormais colonisée par la bande dessinée. Sa cave est devenue sa bibliothèque. Il possède environ 3000 ouvrages, pour la plupart des BD franco-belges. Jean-Pierre Gibrat, maître des aquarelles et des récits historiques situés entre la Première et la Deuxième Guerre mondiale, est un de ses maîtres. Il possède également quelques planches originales, dont une de XIII.

Pour Marc Lévy, la BD est l’art ultime: "La BD, pour moi, a inventé la série TV d’aujourd’hui. Je le crois. Aujourd’hui, il y a énormément de réalisateurs de série dont l’imaginaire s’est développé avec la BD." Il espère pouvoir continuer à exercer sa passion: "J’ai écrit trois scénarios de L'Agence des invisibles. Si ça peut continuer, je serai très heureux."

L'Agence des invisibles, Marc Lévy, Sylvain Runberg (scénario) et Espé (dessin), Phileas, 88 pages, 15,90 euros.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV