BFMTV

Alain Souchon sur Paris: "Je ne me souviens pas que la ville ait jamais été aussi sale"

Alain Souchon, en octobre 2010

Alain Souchon, en octobre 2010 - Bertrand Guay - AFP

Dans un entretien accordé au Figaro, le chanteur critique la capitale, "sale" et qui lui évoque "de la violence".

Décidément, cette semaine, Paris en prend pour son grade. Lundi, c'est la réalisatrice Josée Dayan qui dénonçait au micro de RTL une ville "insupportable", "invivable" et "d'une laideur absolue". Ce mardi, c'est au tour d'Alain Souchon de dire tout le mal qu'il pense de la capitale.

Dans un entretien publié ce jour dans Le Figaro, et réalisé dans le cadre de la promo de son nouvel album Âme fifties, le chanteur explique pourquoi il aimerait quitter cette ville dans laquelle il a toujours vécu. Paris lui évoque désormais "de la violence", dit-il. 

"De la violence, dans la façon de traverser la rue sans regarder en se disant que ces connards s’arrêteront! J’ai toujours vécu à Paris et j’ai du plaisir à en sortir. Je ne me souviens pas que la ville ait jamais été aussi sale", explique-t-il, agacé.

"J'ai envie de m'en aller de Paris"

Alain Souchon n'est pas non plus friand des nombreuses trottinettes mises en libre service dans la ville. "Les patinettes foutent une mauvaise ambiance. Ces beaux petits objets électriques, on les jette partout", ajoute-t-il.

"Il y a un gâchis de la civilisation qui est triste. J’ai envie de m’en aller de Paris, mais ça fait vieux con. De toute façon, je suis un vieux con, j’ai 75 ans", conclut-il.

Fin septembre, Fabrice Luchini n'avait pas hésité à s'en prendre à la maire de Paris Anne Hidalgo, se plaignant de la circulation, il avait expliqué au JDD: "Cette femme a réussi à éteindre 1,5 million d'automobilistes, ­réduits en agneaux qui n'avancent plus". L'acteur avait également estimé que Paris était devenu "une ville qui n'est absolument plus habitable pour n'être plus que visitable".

Nawal Bonnefoy