BFMTV

Accusé de viol, David Hamilton veut porter plainte pour diffamation

David Hamilton et Flavie Flament

David Hamilton et Flavie Flament - Alain Jocard Ingo Wagner - AFP dpa - AFP

Le photographe britannique, accusé de viol par plusieurs femmes, dont l'animatrice Flavie Flament, a décidé de porter plainte.

David Hamilton a annoncé mardi son intention de déposer plainte pour diffamation à la suite des accusations de viol portées par plusieurs femmes, dont l'animatrice Flavie Flament, qui fait état dans un livre d'abus sexuels subis pendant des séances photo alors qu'elle était mineure.

"Aujourd'hui, je ne fais l'objet d'aucune poursuite. Nous sommes au-delà de ma présomption d'innocence. Je suis innocent et doit être considéré comme tel, a affirmé le photographe de 83 ans, dans un communiqué. L'instigatrice de ce lynchage médiatique cherche son dernier quart d'heure de gloire. Par la diffamation. Je déposerai plusieurs plaintes dans les jours à venir", a-t-il ajouté. Joint au téléphone, le Britannique a assuré n'avoir rien à se reprocher.

"Je n'ai rien fait", a-t-il affirmé, tout en confirmant avoir pris en photo Flavie Flament "il y a 29 ou 30 ans". "Je lui ai fait passer un essai et la photo que j'ai faite a été publiée", a ajouté l'artiste connu pour ses photos floues à l'érotisme soft mettant souvent en scène des jeunes filles en fleurs.

"L'homme qui m'a violée est bien David Hamilton"

Dans son livre La consolation (JC Lattès), Flavie Flament révèle avoir été violée il y a près de 30 ans, par un photographe connu, dont elle ne dévoile pas le nom. Après la parution de son livre, d'autres femmes ont témoigné dans la presse, sous pseudonyme, et ont affirmé avoir subi le même sort pendant leur adolescence.

Vendredi, dans l'Obs, l'animatrice sur RTL a fini par dévoiler le nom de son agresseur présumé. "L'homme qui m'a violée lorsque j'avais 13 ans est bien David Hamilton", affirme-t-elle dans un entretien filmé.

"Je n'avais pas le droit de citer le nom de David Hamilton dans mon ouvrage parce que (...) la prescription aujourd'hui condamne doublement les victimes de viol", explique l'animatrice de 42 ans, évoquant les risques d'être poursuivie pour diffamation.

La prescription des crimes sexuels sur mineurs à "travailler"

Actuellement, la prescription pour les viols est de 20 ans après la majorité de la victime, de 10 ans pour les agressions sexuelles. Ces accusations ont relancé le débat sur la prescription des crimes sexuels sur mineurs. Revoir les délais, "il faut y réfléchir, il faut y travailler", avait estimé mi-octobre la secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel.

La ministre Laurence Rossignol (Familles, Enfance et Droits des femmes) a annoncé mardi avoir confié à Flavie Flament une mission de consensus sur les délais de prescription. L'animatrice a accepté, a indiqué la ministre sur les ondes de RTL.

Romain Iriarte avec AFP