BFM Paris

Tirs de mortiers à Paris: Mounir Mahjoubi demande "plus de moyens" pour lutter contre le phénomène

Député LaREM du 19ème, Mounir Mahjoubi regrette que les événements survenus dans son arrondissement au cours du week-end soient devenus récurrents. Il appelle à renforcer la sécurité du quartier et à préserver la tranquillité des riverains.

"Ces événements reviennent trop souvent dans l'histoire de cet arrondissement", se désole Mounir Mahjoubi. Le député LaREM du 19e a dénoncé les tirs de mortiers survenus en fin de semaine dernière dans son arrondissement à Paris, qui ont occasionné la peur et l'incompréhension des habitants, et notamment d'enfants qui jouaient dans un parc.

Vendredi et samedi, plusieurs jeunes faisant usage de mortiers ont été repérés par des caméras de surveillance dans le nord-est parisien. Mais ils sont parvenus à prendre la fuite avant l'arrivée des forces de l'ordre. Selon nos informations, les enquêteurs privilégient la piste d'affrontements entre bandes rivales. Depuis, les policiers ont pour consigne d'interpeller tout individu détenteur de mortier ou toute personne prenant part à un affrontement.

Des comportements "inacceptables"

"Ces comportements sont inacceptables et, surtout, ils sont devenus insupportables", a souligné Mounir Mahjoubi ce lundi soir au micro de BFMTV.

"De très nombreuses familles habitent ici (...), a-t-il poursuivi. Elles aimeraient habiter ici en paix (...). La priorité, c'est la tranquillité publique des habitants de cet arrondissement."

"Plus de moyens"

Face à ce qu'il considère comme une recrudescence de l'insécurité, Mounir Mahjoubi a fait appel au gouvernement. Gérald Darmanin s'est rendu dans un commissariat du 19e arrondissement il y a quelques semaines, a rappelé le député. Mounir Mahjoubi assure avoir "fait entendre" la voix de ses administrés au ministre de l'Intérieur.

Le député demande aujourd'hui "plus de moyens", "plus de policiers et plus d'enquêtes". "J'ai à nouveau affirmé par écrit la nécessité absolue d'avoir une intervention. J'ai contacté le préfet et la commissaire", a-t-il insisté. Car "c'est ici qu'on a le plus de problèmes", a constaté l'élu, qui décrit son territoire comme "le plus jeune et le plus pauvre de Paris".

Mélanie Vecchio avec Florian Bouhot