BFM Paris

Paris: des tirs de mortiers dans un parc pour enfants du 19e arrondissement

Vendredi, des tirs de mortiers ont été échangés au sein du jardin Rébeval, dans le 19e arrondissement de Paris, entre plusieurs jeunes, créant un mouvement de panique chez les enfants et les parents présents.

"Dans le parc, dans le parc, sérieusement?" De l'incompréhension mêlée à de la peur s'est emparée, vendredi en fin d'après-midi, de certains habitants du 19e arrondissement de Paris quand des tirs de mortiers se sont produits au sein du jardin Rébeval, fréquenté par de nombreux enfants.

"Les tirs de mortiers arrivent régulièrement"

Sur les images de l'incident, postées sur les réseaux sociaux, des détonations peuvent être entendues et de la fumée et des explosions colorées effraient les parents et les enfants présents. Des jeunes se sont tirés dessus dans la rue Rébeval et également dans le parc, selon plusieurs témoignages recueillis par BFM Paris.

"Les enfants criaient, les parents ont réagi dans l'urgence et ont pris leurs enfants dans les bras pour les éloigner le plus loin du danger. Les tirs de mortiers arrivent régulièrement. Il y a eu un meutre dans la rue il n'y a pas si longtemps de ça. C'est un endroit où les femmes ne circulent pas au-delà d'une certaine heure parce qu'elles ont peur d'être agressées. Il s'agit d'un quartier criminogène", a raconté sur notre antenne un homme qui a assisté à la scène.

Une femme, également témoin de l'incident, a assuré que "tout le monde était terrorisé parce que les feux leur arrivaient dessus". "Ils sont rentrés dans le parc et ont visé des mamans et des enfants qui y jouaient après l'école", a-t-elle souligné, assurant être encore "choquée" et ne pas réussir à dormir la nuit. "Je me dis que je ne peux plus prendre cette rue", a-t-elle ajouté.

"Le premier geste doit être d'appeler la police "

Auprès du Parisien, François Dagnaud, le maire PS du 19e arrondissement, s'est refusé à commenter en profondeur "une affaire dont il n'y a aucune trace".

"Je me suis renseigné, notamment au commissariat, et personne n'a été mis au courant des événements qui ont été filmés dans le square. Je comprends que les gens soient extrêmement choqués mais lorsque l'on assiste à des faits d'une telle gravité, à une scène de violence, quand il y a mise en danger, le premier geste doit être d'appeler la police! Peut-être ces jeunes auraient-ils pu être interpellés et cela aurait permis de savoir quel type d'artifice a été utilisé, où ils se les sont procuré", a-t-il précisé au quotidien.

Les habitants du quartier, épuisés, souhaitent se réunir prochainement pour essayer de mettre fin à cette violence.

Clément Boutin Journaliste BFMTV