BFM Paris

Seine-Saint-Denis: une plaque en hommage à Josette et Maurice Audin vandalisée, l'Élysée s'insurge

Alexis Corbière (LFI) a condamné sur Twitter la dégradation d'une plaque en hommage à Josette et Maurice Audin, à Bagnolet.

Alexis Corbière (LFI) a condamné sur Twitter la dégradation d'une plaque en hommage à Josette et Maurice Audin, à Bagnolet. - Capture d'écran Twitter/BFMTV.com

La plaque a été remplacée dimanche par l'inscription "OAS" tandis que le nom du couple a été rayé au feutre noir sur un panneau en bois juste à côté.

L'Élysée a qualifié d'"indigne" l'acte de vandalisme commis ce lundi sur la plaque en hommage au couple de militants communistes Josette et Maurice Audin à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), a indiqué la présidence à l'Agence France-Presse (AFP).

"Ces actes sont lâches et indignes et n'ont pas de place dans notre République", a condamné l'Elysée.

Remplacé par l'inscription OAS

La plaque en bois portant les noms de Josette et Maurice Audin, qui fut torturé et tué par des soldats français en 1957 en Algérie, ainsi que des éléments de biographie, a été dévissée et remplacée par l'inscription "OAS", l'organisation armée clandestine des ultras de l'Algérie française.

Sur un panneau en bois jouxtant la plaque, le nom du couple a été rayé au feutre noir, peut-on voir sur une photo que la municipalité a transmise à l'AFP.

"C'est scandaleux, nous allons porter plainte", a déclaré à l'AFP le maire de Bagnolet (PS) Tony Di Martino, qui a indiqué qu'une équipe était sur place lundi matin pour réparer la plaque et effacer les inscriptions.

Un parc en mémoire de Josette Audin

"A Bagnolet, des nostalgiques des criminels de l'OAS ont souillé le panneau (...). Honte à ces haineux anonymes pour lesquels la guerre d'Algérie n'est jamais finie", a twitté le député LFI de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière.

Josette Audin, militante communiste et anticolonialiste, vivait à quelques mètres du parc, qui a été rebaptisé en sa mémoire six mois après son décès en février 2019.

En septembre 2018, Emmanuel Macron lui avait rendu visite pour reconnaître officiellement que le meurtre de son mari avait été "rendu possible" par le "système institué alors en Algérie par la France".

Cette vandalisation intervient quelques jours après la publication d'un rapport de l'historien Benjamin Stora sur la colonisation et la guerre d'Algérie.

Par B.R. avec AFP