BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Paris: le stationnement devient payant pour les déménageurs, sans emplacement garanti

Les forfaits pourront aller jusqu'à 90 euros par jour et par camion. Les entreprises n'auront toutefois pas la garantie que la place sera libre le jour du déménagement.

Le stationnement est désormais payant à Paris pour déménager. L'autorisation d'occupation temporaire (AOT) délivrée aux particuliers et aux entreprises par les services de la Ville pour pouvoir stationner lors d'un déménagement est devenue payante ce mardi 1er mars. Cette mesure a été prise dans le cadre de la réforme du stationnement votée par la mairie de Paris à la fin de l'année 2020 à la suite des conclusions des états généraux du stationnement.

Ce changement inquiète les entreprises de déménagement qui doivent donc désormais payer un montant pouvant aller jusqu'à 90 euros pour permettre à leurs employés de procéder à un déménagement dans la capitale. Hors des zones de stationnement, le tarif s'élève à 40 euros par jour pour les camions de moins de 3,5 tonnes et à 90 euros pour les plus de 35 tonnes stationnés en dehors de la bande de stationnement, comme le rappelle Le Parisien.

"Les clients ne comprennent pas, ils ont l'air un petit peu de nous dire: c'est votre problème. Il est très difficile de leur dire aujourd'hui vous allez devoir payer une facture supplémentaire de l'ordre de 60 ou 70 euros, c'est assez peu envisageable", souligne Frédérique Dorso, présidente de Miotto déménagement à BFM Paris.

Impossibilité de réserver les emplacements

Au-delà du coût supplémentaire pour les entreprises, la ville de Paris rappelle sur son site Internet, que "l'AOT est une autorisation pas une réservation des emplacements". Malgré le fait d'avoir payé, les déménageurs n'auront donc pas l'assurance de trouver la place vide lorsque le jour du déménagement arrivera.

"Ne rien réserver, ne pas mettre un système de panneau, va poser de gros problèmes puisque nous n'allons pas avoir la garantie d'être vraiment stationnés en bas de l'immeuble de notre client", alerte Frédérique Dorso.

La chambre syndicale du déménagement s'inquiète en conséquence des efforts supplémentaires qui vont être demandés aux employés qui devront parfois faire des trajets plus longs entre le camion et le logement à déménager.

"Si on a un monte-meuble à monter, il sera peut-être à 200 mètres, on va peut-être avoir des salariés qui vont être obligés de prendre des risques pour faire du portage, de la manutention, parce qu'ils ne pourront avoir de place de stationnement à l'endroit où ils font les opérations", explique au micro de BFM Paris Hervé Brassac, juriste à la chambre syndicale du déménagement.

"Redistribuer l'espace"

Le nouveau système de stationnement mis en place suscite également l'incompréhension chez certains parisiens, notamment concernant l'impossibilité de réserver un emplacement. "On ne pourra plus déménager", s'inquiète même une habitante auprès de BFM Paris.

Face à ces critiques, la mairie de Paris a invoqué auprès de nos confrères du Parisien, la nécessité de "redistribuer l'espace dédié au stationnement pour permettre d'autres usages", rappelant également que le tarif proposé est inférieur à celui imposé à l'horodateur.

Les camions ne présentant pas d'autorisation d'occupation temporaire vont donc désormais s'exposer au paiement d'un forfait de post-stationnement pouvant aller jusqu'à 225 euros dans certaines zones de Paris.

Dans la capitale, plus de 6600 demandes d'AOT sont faites chaque mois d'après la chambre syndicale du déménagement. Au total, selon les chiffres du Parisien, 80.000 déménagements sont effectués chaque année à Paris.

Jean-Baptiste Graziani, Alexia Elisabeth et Gauthier Hartmann