BFM Paris

Paris: le Muséum d'histoire naturelle lance un appel aux dons pour restaurer son mammouth de Durfort

Le Muséum d'histoire naturelle propose de parrainer un os du mammouth pour financer sa restauration (photo d'illustration).

Le Muséum d'histoire naturelle propose de parrainer un os du mammouth pour financer sa restauration (photo d'illustration). - Martin Bureau / AFP

Exposé depuis 1898, ce squelette s'est "fortement dégradé". Il est possible de devenir mécène de ce projet de restauration à partir de cinq euros.

Il commence à se faire vieux: le Muséum national d'histoire naturelle lance mardi une campagne de dons pour restaurer le squelette du mammouth de Durfort, mort embourbé il y a un million d'années et dont l'état se dégrade.

Un squelette jamais restauré

Le squelette, exposé au public depuis 1898, est l'une des figures emblématiques de la Galerie de Paléontologie et d'Anatomie comparée, dans le Jardin des plantes à Paris. Avec ses 4 mètres de haut pour 7 mètres de long, c'est l'un des plus grands spécimens au monde et le seul spécimen français monté et exposé, détaille le Muséum dans un communiqué.

Mais il n'avait jamais été restauré depuis son montage et son ossature "est fortement dégradée, certains os sont même fissurés", explique le Muséum, selon lequel le squelette "requiert des soins urgents".

Pour le restaurer, l'institution publique lance une campagne de dons jusqu'au 7 janvier, via la plateforme de crowfunding ULULE. A partir de 5 euros de dons, chacun peut devenir mécène du projet de restauration qui devrait durer neuf mois: démontage complet du squelette, nettoyage et consolidation des os, modification du socle pour lui donner une "posture plus dynamique" et plus conforme à son époque (il marchait à l'amble, avec les deux pattes d'un même côté qui bougent simultanément, comme les éléphants d'aujourd'hui).

Devenir parrain d'un os

Avec un don de 300 euros, "chaque donateur pourra parrainer virtuellement un os du mammouth de Durfort, via une modélisation 3D du squelette, et y associer son nom ou celui d'un proche", poursuit le Muséum, qui insiste sur l'intérêt "scientifique, patrimonial et pédagogique" du spécimen. L'objectif est d'obtenir 100.000 euros de fonds participatifs, a précisé l'institution à l'AFP.

Le squelette, qui appartient à l'espèce des mammouths méridionaux, fut découvert à Durfort dans le Gard, par l'ingénieur Paul Cazalis de Fondouce et l'archéologue Jules Ollier de Marichard après des travaux d'élargissement de route. Ils l'envoyèrent à Paris en pièces détachées, réparties dans 31 caisses.

Les mammouths se sont éteints il y a environ 10.000 ans faute d'être parvenus à s'adapter au changement climatique, lors de la dernière ère glacière.

B.R. avec AFP