BFMTV

Au Muséum d'Histoire naturelle, les visiteurs peuvent toucher des météorites

Environ 300 météorites sont à découvrir au Muséum national d'Histoire naturelle, à Paris.

Environ 300 météorites sont à découvrir au Muséum national d'Histoire naturelle, à Paris. - FRANCOIS GUILLOT / AFP

A partir du 18 octobre, les visiteurs du Muséum national d'Histoire naturelle, situé dans le Jardin des Plantes, vont pouvoir manipuler quelques exemplaires de roches extraterrestres.

Souvent nimbées de mystère, les météorites se dévoilent à partir de mercredi dans une grande exposition à Paris, qui autorise les visiteurs à toucher quelques unes de ces pierres extraterrestres, témoins de la formation du système solaire.

Intitulée "Météorites. Entre ciel et terre", l'exposition se tient du 18 octobre au 10 juin dans la Grande Galerie de l'Evolution du Jardin des Plantes.

Elle présente environ 300 météorites, "soit un poids total de 3,2 tonnes environ", précise Matthieu Gounelle, commissaire de l'exposition.

Provenant en grande partie de la riche collection du Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), ces pierres sont exposées dans une scénographie immersive, mêlant science, légendes, histoire et oeuvres art.

"Nous expliquons bien sûr ce que sont les météorites, d'où elles viennent, ce qu'elles nous enseignent mais nous avons aussi cherché à conserver une dimension poétique afin qu'elles gardent un peu de leur mystère", explique Matthieu Gounelle, en charge de la collection du Muséum.

Ce chasseur de météorites, qui repart en expédition prochainement dans le désert chilien, confie qu'il continue à être "ému" chaque fois qu'il trouve une de ces pierres.

"Des archives uniques de notre passé"

Les météorites sont des pierres extraterrestres trouvées à la surface terrestre. Dans leur immense majorité, il s'agit de fragments d'astéroïdes, petits corps rocheux regroupés majoritairement dans une "ceinture" entre Mars et Jupiter. Ce sont des témoins de la naissance du système solaire il y a 4,567 milliards d'années.

Les météorites sont "des archives uniques de notre passé", souligne Matthieu Gounelle.

Un petit nombre de météorites proviennent pour leur part de Mars ou de la Lune. En frappant la planète rouge ou notre satellite naturel, les astéroïdes ont arraché des fragments dont certains ont fini par tomber sur Terre.

L'exposition autorisera les visiteurs à toucher des petits morceaux de Lune ou de Mars. Mais aussi des météorites plus grosses aux formes torturées.

H.M. avec AFP