BFM Paris

Paris: des commerçants parisiens lancent un "appel au secours" à Anne Hidalgo

Une dizaine de fédérations de commerçants ont écrit une lettre ouverte à la maire, dans laquelle ils expliquent que certains récents aménagements impactent négativement leur chiffre d'affaires.

Une dizaine de dirigeants de fédérations de commerces ont écrit une lettre ouverte à Anne Hidalgo dans laquelle ils lancent un "appel au secours". Ils reprochent notamment à la maire de Paris de ne pas suffisamment écouter les commerçants, qui jugent que certains aménagements de la capitale ont des conséquences économiques néfastes pour leur activité.

"Les plans de circulation que vous décidez affectent bien souvent la fréquentation de nos commerces", écrivent-ils, citant notamment l'action "Paris Respire" qui a entraîné, pour certains commerces, "une baisse de 30% de leur activité à cause de la fermeture des quartiers, l'accès aux parkings publics devenant impossible".

"Paris sous cloche"

Invité de BFM Paris ce jeudi, le président de la confédération des commerçants de France Francis Palombi estime qu'en raison des aménagements décidés par l'équipe municipale, "la petite et la grande ceinture ne peuvent plus venir à Paris".

"Tous les deux jours, des mesures sont prises avec brutalité, du jour au lendemain, ça se passe souvent la nuit et on constate le lendemain qu'une rue est fermée, qu'une rue est inaccessible, a-t-il déploré. Il y a des problèmes de circulation, des problèmes d'accès... On est en train de mettre Paris sous cloche!"

Les commerçants signataires de la lettre ouverte, dont Francis Palombi fait partie, estiment par ailleurs que les aménagements de la mairie, notamment sur la voirie, ont pour conséquence de "pénaliser les populations seniors ou à mobilité réduite".

"Le vélo et donc les pistes cyclables ne constituent aucunement un substitut rentrant dans la stratégie d'évaporation de la voiture. N'oublions pas que Paris doit rester une capitale mondiale attractive, propre et prête à rester le reflet de l'élégance", déclarent-ils.

"Un appel à être reçu" par Anne Hidalgo

Sur l'antenne de BFM Paris, Francis Palombi a quant à lui lancé "un appel à être reçu" par Anne Hidalgo. "C'est simple: nous recevoir, échanger avec nous. On demande à être reconnus et consultés", a déclaré le président de la confédération des commerçants de France.

"Un appel au secours" qui intervient quelques jours après que la maire de Paris a déclaré être "dans la réflexion" concernant la fermeture des quais hauts de la Seine, rive droite. "La traversée de Paris d'est en ouest en voiture ne peut plus se faire comme avant, c'est quelque chose qu'il faut oublier. Tout le monde évolue", affirmait-elle. Une mesure loin de faire l'unanimité parmi les commerçants de la capitale.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions