BFM Paris

Ouverture à la concurrence des transports: le calendrier en Ile-de-France

La SNCF et Île-de-France Mobilités signent ce mercredi le nouveau contrat qui va lier les deux entités pour les trois prochaines années. Il prévoit notamment l'ouverture à la concurrence des trams, trains et RER.

Unique opérateur depuis 80 ans, la SNCF va devoir laisser de la place à de nouveaux concurrents en Île-de-France. La compagnie ferroviaire signe ce mercredi son nouveau contrat avec Île-de-France Mobilités qui prévoit notamment l'ouverture à la concurrence dans les prochaines années.

Cette décision, en application d'une directive européenne reprise par la France, va ouvrir la voie à l'arrivée de nouveaux opérateurs pour exploiter des lignes de trains et de trams dans la région. La SNCF, pour qui ce contrat représente actuellement 3 milliards d'euros par an, ne va toutefois pas laisser sa place d'un coup. La transition est prévue sur plusieurs années jusqu'en 2040. BFM Paris vous détaille le calendrier.

>2021, première étape

Dès l'année prochaine, un appel d'offres doit être lancé. Il concernera des petites lignes comme les trams T4 et T11, loin d'avoir été choisie au hasard. Il fallait un matériel homogène, une seule sorte de train, un centre de maintenance indépendant des autres lignes - e nouvel opérateur devra assurer l'entretien de ses trains- ou encore la garantie de faire le moins possible de travaux de prolongement.

L'ouverture à la concurrence va débuter par des lignes de trams dès 2021.
L'ouverture à la concurrence va débuter par des lignes de trams dès 2021. © BFM Paris

Les premiers trains de ce nouvel opérateur entreront ensuite en service à partir de décembre 2023.

>Les Transilien à partir de 2025

Seconde étape de l'ouverture à la concurrence, les huit lignes exploitées par SNCF Transilien (lignes J, L, N et U, R, P, H et K) seront progressivement ouverte à la concurrence pendant trois ans, de 2025 jusqu'à 2028.

L'ouverture à la concurrence des lignes Transiliers aura lieu entre 2025 et 2028.
L'ouverture à la concurrence des lignes Transiliers aura lieu entre 2025 et 2028. © BFM Paris

>Jusqu'en 2040 pour les RER

Du côté des RER, l'ouverture se fera en douceur sur les cinq lignes franciliennes. La ligne E sera la première à être concernée en 2025. Suivront bien plus tard, les lignes C et D en 2039, puis les lignes A et B pour finir en 2040 (co-exploitées par la SNCF et la RATP).

L'ouverture à la concurrence des RER aura lieu d'abord en 2025 puis entre 2039 et 2040.
L'ouverture à la concurrence des RER aura lieu d'abord en 2025 puis entre 2039 et 2040. © BFM Paris

>2030 pour la RATP ?

L'opérateur qui a le monopole des métros, tramways et bus dans Paris et sa petite couronne sera aussi concerné par l'ouverture à la concurrence. Celle-ci est actuellement prévue en 2039.

Toutefois, ce délai est jugé trop long par Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, qui souhaite avancer cette date à 2030. Pour cela, il faudrait néanmoins changer la loi nouveau pacte ferroviaire adoptée en 2018.

>Usagers et syndicats inquiets

Malgré ce calendrier annoncé, les détracteurs du projet espèrent toujours revenir sur cette décision. Une manifestation était ainsi prévue ce mercredi matin devant le siège d'Île-de-France Mobilités, à l'initiative des syndicats CGT, Sud Rail, et Solidaires.

"Nous avons des expériences partout dans le monde, y compris en France, sur la casse du service public qui ne bénéficie pas à la population", alerte Romain Pitelet, secrétaire général CGT Cheminot Paris rive gauche.

Du côté des usagers, la méfiance est aussi de mise, notamment en raison de la complexité du réseau ferré d'Île-de-France, long de 1700 km, avec de très nombreux trains en circulation.

"Quand on a changé d'opérateur sur Vélib, Smovengo eu beaucoup de mal pendant un an", compare Arnaud Bertrand, président de l'association "Plus de trains" sur BFM Paris. "Si on fait ça sur un train de banlieue, c'est la catastrophe parce qu'il n'y a pas d'alternative."

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions