BFM Paris

Notre-Dame: vers un concours d'architecture pour les abords de la cathédrale

Notre-Dame de Paris, le 17 avril 2019.

Notre-Dame de Paris, le 17 avril 2019. - Eric Feferberg / AFP

Le général Jean-Louis Georgelin a évoqué ce vendredi la possibilité d'un concours d'architecture pour les abords de Notre-Dame.

Une cathédrale reconstruite à l'identique, mais des abords revisités. Si Notre-Dame devrait retrouver la flèche de Viollet-le-Duc, détruite par l'incendie d'avril 2019, les abords du monuement pourraient afficher un nouveau visage.

Invité sur LCI ce vendredi, Jean-Louis Georgelin, président de l'Établissement chargé de la restauration de Notre-Dame, a évoqué cette possibilité. "Il devrait y avoir un concours d'architecture mais pour les abords", a-t-il indiqué.

Celui-ci devrait se faire "en étroite collaboration et en union de pensée avec la mairie de Paris". Il pourrait concerner le parvis de la cathédrale, la rue du cloître ou encore le square de l'archevêché qui appartiennent à la ville de Paris. A l'origine, l'idée d'un concours d'architecture avait été évoquée pour la reconstruction de la flèche.

Un "geste moderne" comme au Louvre?

"Ça peut être l'occasion d'un geste moderne", a ajouté Jean-Louis Georgelin, qui a confirmé de fait que la cathédrale ne présentera pas de nouveaux éléments contemporains. "Dans le cadre du Louvre, la pyramide n'est pas dans le Louvre", a comparé celui qui est en charge de la restauration de Notre-Dame.

Comme indiqué dès jeudi dans l'avis rendu par la Commission nationale du patrimoine et de l'architecture, la célèbre flèche Viollet-le-Duc qui s'était effondrée lors de l'incendie sera reconstruite à l'identique. "La restauration suivra les plans de Viollet-le-Duc, ceci d'autant plus facilement que nous avons une documentation extraordinaire", a précisé Jean-Louis Georgelin.

"La flèche qu'a construite Viollet-le-Duc, c'est vraiment la flèche qu'est venu parachever ce chef-d'oeuvre absolu de l'art gothique qu'est la cathédrale de Paris", a ajouté le président de l'Établissement chargé de la restauration, qui espère rendre "la cathédrale au culte en 2024", même si tous les travaux ne seront pas encore terminés.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions