BFM Paris

"L'impact social risque d'être terrible": le maire de Stains craint les conséquences d'un confinement le week-end

Invité sur BFM Paris, le maire de Stains estime "probable" le reconfinement de la Seine-Saint-Denis le week-end à compter de samedi. Une mesure qu'il comprend sur le plan sanitaire mais dont il redoute les effets sur la population.

"Probable." C'est ainsi qu'après une réunion avec le préfet, Azzédine Taïbi, le maire de Stains, a jugé la possibilité que la Seine-Saint-Denis -et plus largement l'Île-de-France- entre dans une phase de confinement localisé le week-end. Interrogé sur cette hypothèse ce mercredi sur BFM Paris, l'élu a fait part de ses réserves.

"Je peux croire que ça peut être utile pour faire reculer le virus", a-t-il d'abord concédé, faisait état d'un taux d'incidence proche des 400 cas pour 100.000 habitants. Un chiffre bien supérieur à l'ancien "seuil d'alerte maximale", qui avait été fixé à 250 par le gouvernement. "Mais en même temps, l'impact social, l'impact psychologique risque d'être terrible", alerte l'élu.

Azzédine Taïbi se veut encore plus alarmiste quant à l'"hypothèse" d'un reconfinement strict de trois semaines, émise un temps par la mairie de Paris la semaine passée. "Je ne peux pas (l')imaginer un seul instant", a-t-il insisté. "Je pense qu'on serait face à une situation de tension sociale et pyschologique extrême."

"Vivre, respirer, se rencontrer"

"En Seine-Saint-Denis, à Stains, les habitants ne vivent pas la situation de la même manière que quand ils sont dans des endroits où il y a de l'espace, a tenu a rappeler l'édile. Les trois quarts des personnes vivent en logement, sont déjà quasiment toute l'année confinée." Selon l'élu, un confinement strict pourrait "aggraver" la situation.

Azzédine Taïbi estime qu'un "système de rotation" aurait pu être imaginé, permettant la réouverture des lieux de culture ou encore la pratique d'activités sportives.

"Je pense que le sujet important, c'est de faire en sorte que bon nombre de nos concitoyens puissent quelque part vivre, respirer, se rencontrer en respectant les mesures sanitaires".

Et l'élu d'à nouveau concéder: "Même si je peux concevoir que ce reconfinement est peut-être nécessaire au regard de la situation".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions