BFM Paris

Effondrement d'une grille dans un lycée à Paris: des professeurs dénoncent des malfaçons

Trois élèves ont été blessés dans la chute d'une grille d'escalier au lycée Saint-Lambert. Les professeurs demandent une expertise des locaux, où de nombreux incidents sont survenus en deux ans.

Le lycée Saint-Lambert, dans le 19e arrondissement, n'a pas accueilli d'élèves ce lundi matin. Pour cause, l'établissement a fermé ses portes vendredi après qu'une grille d'escalier s'est effondrée au passage d'un élève, qui est alors tombé quelques mètres plus bas sur deux de ses camarades. Légèrement blessés, les trois adolescents ont été transportés à l'hôpital.

À la suite de cet accident, les professeurs de l'établissement ont pris la décision d'exercer leur droit de retrait. Selon eux, ce n'est en effet pas la première fois qu'une mésaventure de ce type survient au lycée Saint-Lambert, dont les locaux ont pourtant été rénovés il y a seulement deux ans.

"Depuis notre emménagement, des incidents ont eu lieu, assure au micro de BFM Paris Laurence Geneste, enseignante à Saint-Lambert. Des dalles de faux plafond sont tombées, dont une sur la tête d'un élève. Le cour de récréation était glissante parce qu'il n'y avait pas de bande anti-dérapante", déplore-t-elle.

"Nos alertes sont complètement méprisées"

Si des travaux ont été entrepris à plusieurs reprises, ils n'ont pas été suffisants aux yeux de l'équipe enseignante.

"On se sent complètement délaissé, on a le sentiment d'alerter sans arrêt sur ce qu'il se passe ici, mais que nos alertes sont complètement méprisées", déplore Laurence Geneste.

Les professeurs de ce lycée du Nord-Est parisien attendent que donc "les locaux soient expertisés de façon sérieuse et que soient notifiés absolument tous les endroits dangereux dans cet établissement", explique l'enseignante.

La région Ile-de-France a de son côté "demandé à la préfecture de police le passage d’une commission de sécurité le plus rapidement possible, cette semaine, pour rassurer la communauté éducative, mais aussi les lycéens et leur famille". L'établissement restera donc porte close jusqu'au passage de cette commission.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions