BFM Paris

Dépistages, cours à distance… le plan de Valérie Pécresse pour les lycées d’Ile-de-France

Valérie Pécresse.

Valérie Pécresse. - Thomas Samson - AFP

Cantines plus grandes, dépistages massifs... Valérie Pécresse a présenté ce vendredi un certain nombre de mesures visant à réduire les risques de transmission du Covid-19 dans les lycées franciliens.

Alors que de nombreuses voix s'élevaient depuis la rentrée pour dénoncer un protocole sanitaire insuffisant ou inapplicable, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi de nouvelles mesures sanitaires dans établissements scolaires. Parmi elles, notamment, l'autorisation d'un maximum de 50% de cours à distance dans les lycées.

Au lendemain de cette mise à jour, la présidente de région Valérie Pécresse a elle aussi proposé une série de mesures pour permettre aux lycées franciliens de rester ouverts malgré l'épidémie de Covid-19.

>Dépistages

Comme promis en début de semaine, Valérie Pécresse a expliqué que 100.000 tests antigéniques -proposant donc un résultat en seulement 15 minutes- viennent d'arriver dans les lycées d'Ile-de-France. Ils seront à disposition des établissements pour tester les élèves, leurs professeurs et le personnel.

La présidente de région précise que l'Observatoire régional de santé pourra être amené à réaliser des études épidémiologiques, "pour savoir la réalité de la contamination dans certains lycées".

>Favoriser les cours à distance

Alors que les cours à distance -un maximum de 50%- sont désormais autorisés dans les lycées, Valérie Pécresse entend favoriser ce système, qui limite les brassages entre élèves.

"Mon objectif c'est que 100% des lycées puissent faire des cours à distance", a-t-elle martelé. "On veut anticiper un scénario noir où, en décembre ou janvier, les lycées seraient fermés."

Pour ce faire, 5000 micros sans fil vont être mis à disposition des lycées dès la semaine prochaine, de même que 2500 clés 4G. Pour l'heure, seuls 60% des lycées d'Ile-de-France sont en effet équipés de Wi-Fi.

La présidente de région a également rappelé que 70.000 ordinateurs avaient été commandés à la rentrée pour fournir les établissements en manque, et que 10.000 supplémentaires seraient délivrés aux élèves du supérieur étudiant dans les lycées.

Par ailleurs, Valérie Pécresse a précisé que les enseignants devraient repérer les élèves ne disposant pas d'ordinateur chez eux. Ces derniers auront la priorité pour assister aux cours en présentiel.

>Recrutements d'agents

Valérie Pécresse a de nouveau insisté sur la nécessité de recruter des agents dans les lycées pour palier les absences liées au coronavirus. En tout, 240 agents ont été recrutés depuis la rentrée rentrée de septembre, et 200 autres l'ont été via de l'interim, auquel les établissements peuvent désormais avoir recours.

"Il n‘y aura aucune contrainte financière du côté régional. Pour les recrutements nous mettrons tous les crédits nécessaires, a assuré la présidente de région. Cela représentera environ un surcoût de 3 millions à 3,5 millions. Ce prix la région est totalement prête à le payer."

>Agrandir les cantines

La question qui préoccupe le plus les élèves, leurs parents et les professeurs franciliens reste les cantines scolaires. Si le port du masque est obligatoire au lycée, les élèves ont évidemment le droit de le retirer au moment de leur pause repas. Des situations qui peuvent accentuer les risques de contamination.

Valérie Pécresse a ainsi expliqué que la taille des cantines scolaires allait être augmentée dans certains établissements, notamment en installant des barnums chauffés à l'extérieur. La région va également aider les lycées à se fournir en repas froids, une manière de limiter le nombre de personnels en cuisine.

Autant de mesures que la présidente de région espère efficaces pour lutter contre la propagation du Covid dans les lycées. Pour l'heure, seules trois classes sont fermées en raison du virus en Ile-de-France.

Barthélémy Bolo avec Juliette Mitoyen