BFM Paris

"C'est une absolue nécessité": le président de la Seine-Saint-Denis défend la vaccination obligatoire

Le président du Conseil départemental constate un retard vaccinal sur son territoire et craint de voir apparaître "une France à deux vitesses" à la rentrée.

Alors que la vaccination est désormais obligatoire pour tous les soignants, l'obligation pourrait-elle être étendue à tous? "J'ai le sentiment que cette idée progresse", s'est réjoui Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis et défenseur de l'obligation vaccinale, ce mardi matin sur l'antenne de BFMTV.

"Je crois que c'est une absolue nécessité", a insisté l'élu socialiste, s'appuyant sur l'exemple de la vaccination obligatoire contre la coqueluche et le tétanos pour les nourrissons.

"Si nous voulons éviter qu'à la rentrée il y ait une France à deux vitesses, celle du pass sanitaire et celle des sans pass, il me semble que ça passe par cette obligation vaccinale", a-t-il développé. Le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis craint que les habitants "les plus vulnérables, les plus modestes, les plus fragiles soient mis en difficulté" et d'avoir à nouveau à fermer des classes.

"39% de vaccinés en Seine-Saint-Denis"

Car si Stéphane Troussel remarque que la vaccination "progresse" sur son territoire, il fait remarquer que ce dernier accuse toujours "un retard vaccinal".

"Nous sommes à peu près à 39% de population vaccinée en Seine-Saint-Denis, contre 52% en Île-de-France. Ce qui m'inquiète, c'est que s'il y a bien un boom depuis les annonces du président de la République, je constate que parmi toutes celles et tous ceux qui viennent se faire vacciner, par exemple au Stade de France, il n'y a que 20% des habitants de la Seine-Saint-Denis", a-t-il souligné.

Selon Stéphane Troussel, ce retard enregistré dans le département est le reflet des inégalités sociales et plus particulièrement "des inégalités de santé": "On le voit par exemple avec la carte vaccinale. C'est un quasi décalque des inégalités de revenus".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions