BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Bancs, plots jaunes, signalisation... Paris va supprimer du mobilier urbain "inesthétique" ou désuet

La Mairie de Paris lance son "Manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne". La municipalité a annoncé vouloir supprimer des milliers d'éléments du mobilier urbain de la capitale.

Terminé le mobilier urbain désuet et obsolète à Paris? C’est en tout cas ce que promet la municipalité via le "Manifeste pour une nouvelle esthétique". Lancée le 20 novembre 2020, une consultation appelait les Parisiens à communiquer sur ce qui leur convenait ou pas dans la capitale. Ils pouvaient également mentionner quels mobiliers devaient être modifiés.

Ce lundi, le premier adjoint à la Mairie de Paris Emmanuel Grégoire, a détaillé les "8 actions immédiates" issues de ce "Manifeste".

Les bancs "mikado" et "champignon" désinstallés

Parmi les changements, plusieurs éléments du mobilier urbain tels que des bancs "mikados", ces empillements de bois présents place de la République seront pour une part enlevés. D'autres seront nettoyés, ces installations jugées peu esthétiques ont tout de même l'avantage d'éviter les attaques bélier.

Les bancs "mikados" de la place de la République devraient être rénovés.
Les bancs "mikados" de la place de la République devraient être rénovés. © BFMTV

Les bancs "champignons" seront eux enlevés. "Certains éléments de mobilier urbain font l'unanimité contre eux dans la consultation. Nous allons prendre des mesures immédiates pour les supprimer", explique Emmanuel Grégoire sur Twitter.

Les bancs "champignons" ont été pris pour cible par les Parisiens sur Twitter.
Les bancs "champignons" ont été pris pour cible par les Parisiens sur Twitter. © BFMTV

La végétalisation de la capitale est aussi concernée. Si celle-ci a "beaucoup apporté" à Paris, Emmanuel Grégoire admet qu'elle a pu aussi amener "un peu de désordre". Les bacs de floraison seront abandonnés au profit de cultures directement intallées au sol.

La capitale verra par ailleurs 2000 de ses panneaux de signalisation retirés. Beaucoup d’entre eux sont désormais inutilisés, juge la municipalité.

Fin des plots jaunes sur les pistes cyclables

Du côté de la circulation Anne Hidalgo compte bien continuer sa promotion du vélo à Paris. Pour cela, le "Manifeste" pérennisera 50 kilomètres de "coronapistes", crées lors de la pandémie afin de fluidifier la circulation et décongestionner les transports publics. Les milliers de blocs jaunes provisoires, qui délimitent les pistes cyclables installées pendant la crise sanitaire seront supprimés.

Une "coronapiste" à Paris.
Une "coronapiste" à Paris. © BFMTV

Ces plots et démarcations jaunes avaient notamment été critiquées au printemps dernier avec le hashtag #SaccageParis qui dénonçait la saleté de la capitale mais aussi son "enlaidissement" par l'installation de mobilier urbain. "Nous allons travailler sur une esthétique plus harmonieuse mieux insérée dans Paris plutôt que les dispositifs jaunes qui ont été installés en urgence à Paris", indique Emmanuel Grégoire.

Un plan pour le mobilier historique

En revanche, pas question de toucher au mobilier historique promet le premier adjoint d'Anne Hidalgo. Ce mobilier "nous y tenons comme à la prunelle de nos yeux", assure Emmanuel Grégoire. Un plan de sauvegarde, de protection et de recensement de ce mobilier va être engagé

Le "Manifeste" complet qui se donne pour objectif de redorer Paris, sera dévoilé en décembre prochain.

Par Eva Huin