BFMTV

En un an, la déforestation de l'Amazonie a augmenté de plus de 88% au Brésil

Une exploitation illégale de bois dans la forêt amazonienne au Brésil

Une exploitation illégale de bois dans la forêt amazonienne au Brésil - Raphaël Alves - AFP

Cette disparition accélérée de la forêt tropicale est en partie liée à l'élection du président Jair Bolsonaro, qui souhaite favoriser les investissements agricoles en Amazonie.

C'est une bien mauvaise nouvelle pour la forêt amazonienne brésilienne. Selon des données de l'agence spatiale du Brésil, relayées par Reuters et Le Parisien, la déforestation de l'Amazonie a augmenté de 88,4% en un an, entre juin 2018 et juin 2019.

Au total, grâce à ses images satellites, l'agence spatiale brésilienne a constaté que ce sont plus de 4500 kilomètres carrés de forêt qui ont disparu lors des onze derniers mois, soit un demi terrain de football par minute, note Le Parisien. Ces chiffres correspondent à une hausse de 15% par rapport aux données de l'année dernière.

Un président anti-environnemental 

L'élection du président d'extrême droite Jair Bolsonaro à la tête du pays n'est pas sans lien avec cette augmentation de la déforestation. Entré en fonction le 1er janvier 2019, le chef de l'État tient un discours particulièrement anti-environnemental et a annoncé vouloir ouvrir la forêt amazonienne aux investissements agricoles et miniers, véritables menaces pour le poumon de la planète.

De son côté, le ministère brésilien de l'Environnement a annoncé que toutes les mesures seraient prises pour combattre la déforestation illégale de cette forêt tropicale, qui se trouve à 60% au Brésil.

Quel impact sur la ratification du Mercosur?

Par ailleurs, il est possible que ces nouvelles données sur la disparition de l'Amazonie entrent en jeu dans la ratification du traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur.

Il y a quelques jours, François de Rugy, ministre de la Transition écologique, a assuré que l'accord ne serait ratifié que si le Brésil respectait ses engagements, notamment en matière de lutte contre la déforestation en Amazonie.

Juliette Mitoyen