BFMTV

Vol MH370: "On veut nous cacher la vérité"

Ghyslain Wattrelos, père et mari de disparus du vol MH370 de la Malaysia Airlines.

Ghyslain Wattrelos, père et mari de disparus du vol MH370 de la Malaysia Airlines. - BFMTV

TEMOIGNAGE BFMTV - Ghyslain Wattrelos, père et mari de disparus du vol de la Malaysia Airlines entre Kuala Lumpur et Pékin qui s'est volatilisé le 8 mars dernier, a fustigé sur BFMTV le silence des autorités.

Six mois après la disparition du vol MH370, les familles des 239 passagers ne savent toujours pas ce qui est arrivé à leurs proches. Le 8 mars dernier, peu après son décollage, l'avion a changé radicalement de plan de vol, virant vers l'ouest, puis le sud, en direction de l'océan Indien où il serait tombé, à court de carburant. Sa trajectoire a été reconstituée grâce aux satellites mais son point de chute précis reste inconnu et aucune trace n'a été retrouvée malgré de vastes recherches aériennes et sous-marines menées au large des côtes occidentales de l'Australie.

Impossible de faire son deuil

Le plus dur à vivre, pour les familles des disparus, c'est cette impossibilité de faire son deuil. "Si on veut faire le deuil, il faut déjà savoir ce qui s'est passé", explique Ghyslain Wattrelos, père et mari de disparus ce lundi sur BFMTV. Mais "nous n'avons pas du tout de contact" avec les autorités malaisiennes, s'indigne-t-il, on se sent totalement abandonnés".

Alors, les familles se posent des questions, nuits et jours. "Nous sommes persuadés que l'on veut nous cacher la vérité, que la vérité n'est pas présentable", déplore le père de famille.

"Les Malaisiens mentent"

"Nous en sommes arrivés à cette conclusion, précise-t-il, tout simplement après ce qu'il nous a été dit pendant six mois. Toutes ces pistes qui ont été suivies, et qui se sont avérées fausses les unes après les autres." "L'avion a-t-il été abattu? Est-ce une erreur d'un militaire? Il y a visiblement quelque chose à cacher, puisque dès le départ, les Malaisiens mentent", reprend Ghyslain Wattrelos. Il s'interroge sur certaines incohérences, dans la gestion du drame. "Au départ, les Malaysiens font chercher l'avion dans le Golfe de Thaïlande, pendant trois jours, alors que leurs militaires avaient pointé l'avion de l'autre côté. Donc, ils ont quelques chose à cacher."

En Chine, les familles des 153 passagers de nationalité chinoise se sont recueillies dans la colère, ce lundi à Pékin. Au cours d'une cérémonie de prière, une trentaine de proches endeuillés ont dénoncé, eux aussi, ce qu'ils perçoivent comme l'indifférence des autorités et les mauvais traitements dont quelques uns se sont dit la cible.

C. P.