BFMTV

Visite de Macron au Liban: Mélenchon met en garde contre une "ingérence"

Jean-Luc Mélenchon chef de file de La France insoumise le 9 juillet 2020 à Blagnac

Jean-Luc Mélenchon chef de file de La France insoumise le 9 juillet 2020 à Blagnac - GEORGES GOBET © 2019 AFP

"Je mets en garde contre une ingérence dans la vie politique du Liban. Elle ne sera pas acceptée", a écrit l'homme fort de la France insoumise sur les réseaux sociaux.

Alors qu'Emmanuel Macron est arrivé à Beyrouth en fin de matinée, Jean-Luc Mélenchon a critiqué la visite présidentielle organisée deux jours après les terribles explosions qui ont touché la capitalie libanaise.

"Le Liban n'est pas un protectorat français", a critiqué le leader de la France insoumise, qui s'élève contre toute forme "d'ingérence."

"Je mets en garde contre une ingérence dans la vie politique du Liban. Elle ne sera pas acceptée", a-t-il écrit sur Twitter, alors que le président français s'exprimait devant la presse.

"Organiser l'aide internationale"

Emmanuel Macron a annoncé jeudi à Beyrouth qu'il voulait "organiser l'aide internationale" pour le Liban après les déflagrations mardi au port de Beyrouth qui ont fait au moins 137 morts et plus de 5000 blessés, selon un bilan provisoire.

Face à la crise politique, sociale, économique et financière du pays, il a aussi souhaité "un dialogue de vérité" avec les autorités et a rappelé que la France porte "l'exigence (...) depuis des mois pour ne pas dire des années de réformes indispensables" dans "certains secteurs", comme "l'énergie, les marchés publics, la lutte contre la corruption". "Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s'enfoncer", a mis en garde le président de la République.

Jean-Luc Mélenchon avait salué mercredi l'envoi par la France d'une assistance au Liban, y voyant "une très bonne chose". "Mais la visite officielle (d'Emmanuel Macron) risque plutôt d'embarrasser et de désorganiser. Quant à rencontrer toutes les forces politiques du Liban, mieux vaudrait que ce soit sans exclusive", avait-il ajouté.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV