BFMTV

Violences conjugales: une Irlandaise se filme le visage tuméfié

La jeune Emma Murphy dans sa vidéo témoignage.

La jeune Emma Murphy dans sa vidéo témoignage. - Capture d'écran Facebook

Emma Murphy, une jeune Irlandaise mère de deux enfants, a publié une vidéo dans laquelle elle raconte son calvaire et exhorte les autres femmes victimes de violences conjugales à ne pas se taire.

Face caméra, une jeune femme blonde apparaît assise sur les marches d'un escalier, l'oeil tuméfié. Après avoir décliné son identité, elle avance les raisons de sa démarche: "J'ai eu besoin de le faire pour moi et pour mes enfants, et aussi pour sensibiliser les autres femmes". Emma Murphy, 26 ans, a choisi de se filmer le visage abîmé par les coups pour dénoncer les violences conjugales dont elle a été victime. La vidéo, publiée sur sa page Facebook, a été vue près de 6 millions de fois et partagée par près de 165.000 personnes.

Cette jeune Irlandaise de Dublin, mariée et mère de deux enfants en bas âge, explique qu'elle pensait que son homme "était l'amour de sa vie". Puis un jour, elle découvre qu'il la trompe. "L'an dernier, j'ai découvert qu'il me trompait. Je m'en suis rendue compte en juin, il l'a nié, mais en novembre sa maîtresse m'a appelée pour m'annoncer qu'elle était enceinte", raconte-t-elle. Emma était alors elle-même enceinte de sa fille, aujourd’hui âgée de sept mois. A la naissance de cette dernière, son époux lui jure d'avoir mis fin à cette relation extra-conjugale. Puis il recommence. "Il me disait que j'étais paranoïaque, folle, et que mes doutes me tueraient un jour", dit-elle. Cette fois, elle ne laissera pas passer l'infidélité. C'est au cours d'une dispute qu'il la frappe au visage. Et "ce n’était pas la première fois", témoigne-t-elle, "l’année dernière, il m’a ouvert le crâne".

Son compagnon nie l'avoir frappée

Après le coup de trop, Emma Murphy prend conscience de la gravité des faits. "Un jour, j'ai réalisé que ce n’était pas acceptable, aucun homme n’a le droit de porter la main sur une femme. Peu importe qu’il soit grand, petit, peu importe d’où vous venez!", s'exclame-t-elle. "Si vous avez l’impression de vivre la même chose, si vous n’êtes pas en sécurité, si votre compagnon lève la main sur vous, vous devez vous en aller. Car si c’est arrivé une fois, ça recommencera", prévient Emma dans son témoignage vidéo.

L'affaire est prise très au sérieux par les autorités irlandaises et fait également les gros titres de la presse nationale. En effet, il s'avère que l'époux d'Emma et présumé agresseur est une star locale de Dublin. Coach sportif, il fait même des apparitions à la télévision et au cinéma. Interrogé par le Irish Times, le sculptural Francis Usanga, 28 ans, reconnaît avoir poussé Emma mais nie l'avoir frappée. "Oui, je l'ai poussée, mais je ne l'ai pas frappée (...) J'ai couché avec quelqu'un d'autre. Mais je ne l'ai jamais frappée et je ne lui ai absolument jamais ouvert le crâne", s'est-il défendu. Ce sera à la police de faire la lumière sur les faits.

Mélanie Godey