BFMTV

Violences à Cologne: la demande d'armes d'autodéfense en hausse

La demande pour les pistolets d'alarme et autres spray d'autodéfense est en hausse à Cologne suite aux agressions du Nouvel An pour lesquelles 652 plaintes ont désormais été déposées - Jeudi 14 janvier 2016

La demande pour les pistolets d'alarme et autres spray d'autodéfense est en hausse à Cologne suite aux agressions du Nouvel An pour lesquelles 652 plaintes ont désormais été déposées - Jeudi 14 janvier 2016 - Photo d'illustration - AFP

Le nombre de demandes pour porter une arme d'autodéfense augmente en Allemagne, après les agressions du Nouvel An à Cologne.

La demande pour les pistolets d'alarme et autres spray d'autodéfense est en hausse à Cologne suite aux agressions du Nouvel An pour lesquelles 652 plaintes ont désormais été déposées, rapportent ce jeudi la police locale et plusieurs médias allemands.

"A l'heure actuelle, un grand nombre de demandes de permis de port de pistolets d'alarme parviennent à la police de Cologne", a-t-elle indiqué sur son compte Facebook. Plusieurs médias allemands font état d'une demande en hausse, tant pour les pistolets d'alarme que les spray d'autodéfense autour de Cologne mais aussi dans d'autres régions du pays, comme en Bavière, point d'entrée de la plus grande partie des migrants dans le pays en provenance d'Autriche.

Une peur en lien avec l'arrivée de migrants?

"Depuis le début de l'année, nous avons vendu dans notre magasin deux fois plus de spray de défense qu'en temps normal et les ventes de pistolets d'alarme à gaz ont augmenté d'un tiers environ", a indiqué un marchand d'armes de la localité de Neuss, au nord de Cologne (ouest), au site internet du quotidien local Rheinische Post.

"Ce sont surtout des hommes qui viennent car ils veulent acheter les sprays pour leurs femmes ou leurs filles", a-t-il témoigné.

La plupart des agresseurs issus de l'immigration

Le nombre de plaintes liées aux violences du Nouvel An à Cologne a grimpé entretemps à 652, dont la moitié pour des agressions sexuelles visant des femmes, a indiqué en parallèle jeudi la police locale. Le dernier décompte officiel parlait de 561 plaintes. Le parquet local a promis pour sa part une récompense de 10.000 euros en échange de renseignements permettant l'arrestation d'auteurs des agressions.

Un signe du peu de progrès de l'enquête à ce jour. La police a jusqu'ici indiqué que la plus grande partie des suspects des agressions étaient des réfugiés et immigrants illégaux, renforçant du coup les critiques déjà nombreuses dans le pays au sujet de la politique généreuse de la chancelière Angela Merkel à l'égard des demandeurs d'asile.

A.-F. L. avec AFP