BFMTV

Super Tuesday: Joe Biden enchaîne les succès avant les résultats en Californie

Victorieux dans huit États dont le Massachusetts, l'ancien vice-président de Barack Obama fait jeu égal avec Bernie Sanders, favori du jour qui devrait, malgré les scores de son adversaire, remporter ce Super Tuesday.

La soirée devait être favorable à Bernie Sanders. En ce jour de Super Tuesday, au cours duquel 14 États votent simultanément dans le cadre des primaires démocrates, c'est en réalité son concurrent modéré Joe Biden qui a enchaîné les bons résultats.

Après avoir remporté plusieurs États à l'électorat qui lui était favorable, dont l'Alabama, le Tennessee, la Virginie et la Caroline du Sud, l'ancien vice-président de Barack Obama a frappé un grand coup en s'imposant également dans le Massachusetts, pourtant promis à Elizabeth Warren. Au total, l'homme de 77 ans s'est emparé de neuf États. 

Parmi eux, le Texas, une très grosse prise pour Joe Biden tant les sondages donnaient Bernie Sanders lauréat ces derniers jours.

Sanders toujours en tête après la Californie?

En tête de la course à l'investiture à l'amorce de ce jour de vote, Bernie Sanders a très logiquement remporté le scrutin dans son fief du Vermont. Il a également gagné dans l'Utah et le Colorado qui, selon les sondages, lui étaient promis. 

Avant les résultats du Texas et de la Californie, les deux États les plus importants de ce Super Tuesday avec respectivement 415 et 228 délégués, Joe Biden repasse, à l'heure actuelle, devant Bernie Sanders dans la course à l'investiture (353 délégués contre 281). 

Lors d'une allocution depuis Essex Junction, dans le Vermont, Bernie Sanders a martelé, fidèle à style combatif, sa certitude de parvenir à la victoire finale. 

"Je vous le dis avec une confiance absolue: nous allons emporter la primaire démocrate et nous allons battre le président le plus dangereux de l'histoire de ce pays", a-t-il lancé devant une foule enthousiaste, multipliant les piques envers son rival sans jamais le nommer.

Le bide Bloomberg 

En revanche, la soirée est en train de tourner au fiasco pour le milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg qui, malgré les près de 500 millions de dollars engagés dans la campagne, n'aura jamais su trouver son électoral. Celui qui s'est lancé dans la campagne en novembre dernier n'est, pour le moment, parvenu à glaner que 8 délégués. 

Soirée décevante également pour la sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren, défaite dans son propre fief. elle ne compte, à l'heure actuelle, que 12 délégués. 

Hugo Septier