BFMTV

San Francisco met fin à la vente d'animaux de compagnie non issus des refuges

Image d'illustration

Image d'illustration - Randy Brooke / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les élus de San Francisco ont voté cette semaine l’interdiction de vendre des chats et chiens de moins de huit semaines mais surtout s’ils ne sont pas issus de refuges ou d'organisme de protection.

La mesure demandée par les associations de protections des animaux vise à mettre fin aux élevages industriels de chiens et de chats se retrouvant en animaleries tout en facilitant l’adoption des centaines d’animaux parcourant la ville.

"La ville a reconnu que les animaux ne sont pas des marchandises, s’est félicitée Mimi Bekhechi de l’association Peta auprès du journal Independent.

"La cupidité des magasins d'animaux alimente l'industrie cruelle de l'élevage commercial qui maintient des chiennes et des chattes prisonnières à l'intérieur de cages sales et dont la seule vocation est de jeter des portées de chiots et de chatons qui leur sont retirés et transportés à des centaines de kilomètres", a poursuivi la militante.

Avant San Francisco, d’autres villes américaines comme Los Angeles San Diego ou Chicago ou pris pareilles dispositions pour assurer la santé et des conditions de vie correctes des animaux de compagnie.

C.C.